•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès à la propriété : Montréal peine à traiter les demandes

Les plex sont de plus en plus en demande dans le Grand Montréal. Photo: Radio-Canada / Marie Lépine-Loiselle
Julie Marceau

L'administration Plante semble victime de son succès : le nombre de familles souhaitant bénéficier d'une subvention pour l'achat d'une propriété a triplé depuis la mise en place d'un nouveau programme. Or, la majorité d'entre elles attendent toujours de recevoir leur chèque, a appris Radio-Canada.

Le programme d’appui à l’acquisition résidentielle de Montréal, plus généreux et accessible que l’ancien, permet aux ménages de recevoir jusqu’à 15 000 $ de subventions pour l’achat d’une propriété neuve et jusqu’à 7000 $ pour une propriété existante.

Lors du dévoilement du programme au printemps dernier, la Ville disait vouloir faire passer de 700 à plus de 3500 par année le nombre de familles qui en bénéficient. Or, si la Ville est en voie d’atteindre son objectif avec près de 300 demandes par mois, les chèques, eux, ne suivent pas.

La majorité des demandes sont encore en traitement, selon des données obtenues par Radio-Canada. L’administration Plante montre du doigt un problème informatique et un manque de ressources.

« Nous avons eu un pépin informatique », explique la responsable de l’habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal, Magda Popeanu.

La responsable de l'habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal explique à Radio-Canada les problèmes liés au traitement des demandes pour bénéficier du programme d'appui à la propriété.La responsable de l'habitation et de la diversité montréalaise au comité exécutif de la Ville de Montréal, Magda Popeanu. Photo : Radio-Canada

« On n'a pas pu traiter des demandes pendant quelques bonnes semaines, le temps qu'on mette à jour le système […] Depuis le début de 2019, on a rajouté des ressources », assure-t-elle.

Le programme est en rodage, il faut lui laisser au moins une année pour voir comment il fonctionne.

Madga Popeanu

Radio-Canada a parlé à plusieurs familles qui ont déposé des demandes de subventions et qui attendent leur chèque. Des employés de la Ville les ont avisées que l'attente pouvait aller jusqu’à 12 mois.

La responsable de l’habitation promet qu’avec les ajustements effectués en début d’année, les délais seront réduits à huit semaines.

« On est absolument optimistes qu'on va atteindre deux mois, donc huit semaines de délais [pour traiter les demandes de subventions] », assure Magda Popeanu.

Interrogée à ce sujet mercredi matin lors d'un point de presse, la mairesse Valérie Plante a indiqué que la situation est « en constante évolution », ce qui lui donne bon espoir que les problèmes se règleront « très rapidement ».

Pour elle, l'augmentation du nombre de demandes réflète le fait que « beaucoup de Montréalais considèrent qu'ils sont [admissibles au programme], ce qui n'était pas le cas avant. Et c'est pour ça que [l'administration] a changé les critères pour que ce soit plus intéressant pour les acheteurs ».

Bilan du programme, de juin à décembre 2018

  • 1929 demandes;
  • 1222 en attente;
  • 574 demandes acceptées;
  • 133 demandes refusées.

Hausse marquée des prix

Mais ces subventions permettront-elles d'atteindre l'objectif du programme, soit de freiner l'exode des familles vers les banlieues?

Selon Denis Doucet, directeur des relations publiques pour le réseau de prêteurs hypothécaires Multi-Prêts, le réel problème est la hausse prononcée des prix de l'immobilier à Montréal et la difficulté pour les familles d'obtenir un prêt hypothécaire.

« Le programme évite peut-être qu'il y en ait encore plus qui quittent la ville. […] Ce n’est pas un mauvais investissement, mais dire que c'est la solution... Moi je pense que ça va prendre beaucoup plus d'interventions auprès du gouvernement pour assouplir les règles de façon à ce que les gens puissent se qualifier pour des prêts », indique-t-il.

« Malheureusement, le prix des maisons à Montréal augmente plus vite qu'à l'extérieur. Il y a des gens intéressés par la subvention qui vont arrêter leur choix sur quelque chose d'autre ailleurs, de moins dispendieux, parce qu’ils ne réussissent pas à avoir leur prêt hypothécaire », ajoute-t-il.

Selon lui, Montréal aurait d’ailleurs avantage à ajuster annuellement son programme d’accès à la propriété afin que ce dernier suive les prix du marché.

Grand Montréal

Immobilier