•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'Estimauville : Labeaume veut 100 M$ et exproprier une partie de la White Birch

Régis Labeaume debout dans la salle du conseil municipal
Le maire de Québec, Régis Labeaume Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe

La Ville de Québec souhaite transformer le secteur D'Estimauville en vaste zone d'innovation technologique. Pour réaliser son projet qui s'étendrait sur l'équivalent de 100 terrains de football, le maire prévient qu'il y aura des expropriations.

L'administration Labeaume souhaite notamment mettre la main sur une partie du terrain de l'usine Papiers White Birch.

« Je ne sais pas combien de temps White Birch va durer, mais il y aurait moyen de réaménager le terrain. Il y a trois bassins de décantation, mais ils ne les utilisent pas tous les trois. Ça peut se déménager », explique le maire de Québec.

La Ville compte aussi demander le déménagement d'entreprises comme AIM et Glassine. Le dépôt à neige du secteur D'Estimauville et le garage municipal seraient aussi appelés à disparaître.

Le processus pourrait prendre du temps. Il faudrait négocier avec les entreprises visées, qui n'ont pas encore été informées du projet. Régis Labeaume soutient également qu'une loi devrait être adoptée par le gouvernement Legault pour faciliter les expropriations.

Projet sur 10 ans

Le projet vise à favoriser, d'ici 10 ans, l'implantation de laboratoires et d'entreprises dans les secteurs des sciences de la vie, des activités logistiques et des technologies propres.

Le maire a présenté son projet au premier ministre François Legault. Pour la première phase du projet, la Ville de Québec demande au provincial d'investir 100 millions de dollars qui serviraient surtout à décontaminer des sols.

« C'est un projet avec un impact immense. Tu changes carrément la basse-ville avec ce projet-là, mais dramatiquement. C'est un projet immense pour une ville. On n'a pas vu ça depuis très longtemps », soutient Régis Labeaume.

Création de milliers d'emplois

À terme, l'administration Labeaume estime pouvoir attirer 280 entreprises technologiques. Le projet créerait 15 000 emplois et apporterait un milliard de dollars par année en salaires, selon la Ville.

Le maire souligne qu'aucun citoyen ne sera exproprié.

« L'objectif, c'est impact zéro pour tous les gens de Limoilou, du bas Giffard aussi. En expropriant des industries, on veut faire en sorte que l'environnement deviennne sain », affirme Régis Labeaume.

Le gouvernement n'a pas encore donné son appui au projet.

Québec

Politique municipale