•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis : le producteur FIGR cherche à réduire l’emballage de ses produits

Une petite bouteille d'huile de cannabis à côté de sa boîte en carton, le tout devant un étalage de grands sacs de cannabis séché.

Le producteur de cannabis FIGR veut réduire la quantité d'emballage qu'il utilise, mais il ne peut donner aux consommateur assez de précisions pour qu'ils sachent à quoi s'attendre.

Photo : CBC/John Robertson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un producteur de cannabis à l'Île-du-Prince-Édouard cherche un nouvel emballage plus respectueux de l'environnement à la suite de plaintes de consommateurs.

Nous avons entendu les consommateurs qui ont essayé nos produits et qui ont vu nos emballages, affirmeEdwin Jewell, directeur général de l’entreprise FIGR, le seul producteur de cannabis aux fins récréatives à l’Île-du-Prince-Édouard.

En réponse aux préoccupations qu’ils ont exprimées, nous cherchons à améliorer notre emballage, en réduire la taille, précise M. Jewell.

Il y avait tellement à régler en prévision de la légalisation du cannabis aux fins récréatives, explique-t-il, que l’entreprise s’est retrouvée avec des emballages non satisfaisants.

L’objectif s'annonce difficile vu les règles de Santé Canada

L’entreprise a retenu les services d’un consultant et elle discute avec ses fournisseurs pour trouver un emballage plus respectueux de l’environnement. Ce sera toujours un défi, estime M. Jewell, particulièrement dans le cas de petites quantités de cannabis.

Même dans le cas d’un produit dans un format d’un gramme, il faut employer un emballage assez volumineux pour respecter les exigences de Santé Canada en matière d’étiquetage, explique Edwin Jewell. La bouteille doit être assez grande pour toutes les étiquettes. Et à moins que les règles changent, il est interdit de réduire la taille des étiquettes.

Edwin Jewell tient dans ses mains l'un de ses produits emballés. L'étiquette de Santé Canada recouvre toute la largeur du contenant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Il peut être difficile de réduire l'emballage des produits tout en respectant les règles de l'étiquetage, explique Edwin Jewell, directeur général de FIGR.

Photo : CBC/John Robertson

De plus, l’entreprise cherche des solutions de rechange au plastique et au verre, mais le défi consiste à trouver un autre emballage respectant l’exigence d’un contenant inviolable et à l'épreuve des enfants.

La sécurité avant tout, selon Santé Canada

Le ministère de la Santé n’a pas confirmé s’il envisage de modifier la réglementation à la suite des plaintes de consommateurs.

À l’heure actuelle, l’emballage et l’étiquetage ne doivent pas être attrayants, particulièrement pour les jeunes.

Un grand nombre de données probantes démontre que l’emballage et l’étiquetage des produits ont un effet important sur la perception et le comportement des consommateurs, en fonction de leur vaste rayonnement et de leur exposition à différents moments clés (notamment à l’achat et pendant l’usage), peut-on lire dans la réglementation fédérale.

FIGR compte changer d’emballage en deux étapes. Elle fera des changements temporaires dans les deux ou trois prochains mois pour régler certains problèmes à court terme, et elle prévoit passer à un nouvel emballage d’ici six à huit mois.

D’après un reportage de Natalia Goodwin, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !