•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une stratégie nationale de prévention du suicide réclamée au Québec

Le reportage de Yasmine Khayat
Radio-Canada

Des professionnels de la santé réclament une stratégie nationale de prévention du suicide, afin de mieux cibler les interventions auprès des personnes à risque.

« Si on veut aller plus loin dans la prévention du suicide, il va falloir qu’on commence à travailler et à mettre en place des programmes de prévention ciblée pour des communautés particulières », explique Jérôme Gaudreault, directeur général de l’Association québécoise de prévention du suicide.

Selon ce dernier, cibler les interventions permettrait de s’adresser aux personnes à risque « dans leur langage, dans leur réalité, leur proposer des solutions adaptées à leur situation ».

Alors que s'amorce la 29e semaine nationale de prévention du suicide (du 3 au 9 février), les derniers chiffres de l’Institut national de Santé publique indiquent qu'on a répertorié 1046 suicides en 2016. Dix ans plus tôt, 1463 personnes s’étaient enlevé la vie au Québec.

Le suicide au Québec

  • 3 personnes s’enlèvent la vie chaque jour;
  • Il y a trois fois plus de suicide chez les hommes que chez les femmes;
  • Les hommes de 50 à 64 ans présentent le taux de suicide le plus élevé.

Au-delà des tranches d'âge les plus à risque, les disparités et les inégalités sociales ont une forte incidence sur la décision de mettre fin à ses jours.

Le taux de suicide est de 26,4 cas pour 100 000 personnes chez les gens les moins favorisés, contre 18,1 cas chez ceux ayant une situation d’aisance sociale.

Ambassadeur de cette semaine nationale de prévention du suicide, l’humoriste Alexandre Forest a lui-même eu des idées noires quelques années plus tôt.

« J’avais des gens autour de moi qui ont pris le temps de voir comment j’allais, confie-t-il. Ils m’ont dit que peut-être que ça ne va pas. [Qu’il fallait] aller chercher de l’aide et [que] ça pourrait m’aider. Je me sentais seul, il y avait une espèce de souffrance. »

Une ligne d’écoute a été mise en place : 1 866 APPELLE (277-3553) ou www.commentparlerdusuicide.com (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations de Yasmine Khayat

Santé mentale

Société