•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les réalisatrices et Netflix, vedettes de la Berlinale

Un portrait de la réalisatrice qui sourit.
La Danoise Lone Scherfig ouvrira la compétition avec la première mondiale de The Kindness of Strangers Photo: Getty Images / Gareth Cattermole
Agence France-Presse

Le Festival international du film de Berlin, qui commence jeudi, fait la part belle aux réalisatrices. Et pour la première fois cette année, un film produit par le géant américain Netflix est sélectionné.

En effet, les réalisatrices seront représentées à un niveau inédit au sein de la compétition : 7 des 17 films en compétition, soit 41 % des oeuvres, ont été réalisés par des femmes. Avec respectivement 14 % et 5 % en 2018, les deux autres festivals d’importance en Europe, Cannes et Venise, font pâle figure.

D’ailleurs, la Danoise Lone Scherfig ouvrira la compétition avec la première mondiale de son film The Kindness of Strangers, un drame qui se déroule à New York.

La 69e Berlinale proposera 23 films en sélection officielle, parmi lesquels on compte le onzième film du réalisateur Denis Côté, Répertoire des villes disparues. Dix-sept films sont en compétition pour l'Ours d'or, décerné par un jury présidé par l'actrice française Juliette Binoche.

Le Festival accueillera également la jeune réalisatrice soreloise Geneviève Dulude-De Celles. Son long métrage Une colonie est en compétition dans la section Generation Kplus.

Assurer la diversité du secteur

Les débats de l'année dernière nous ont ouvert les yeux, et quand les yeux sont ouverts, vous prenez des décisions différentes.

Dieter Kosslick, le directeur du Festival, à propos des mouvements #MoiAussi et Time's Up

Pour la responsable du groupe de pression Women and Hollywood, Melissa Silverstein, cet important nombre de réalisatrices tombe d'autant mieux qu'aucune femme ne figure parmi les nommés aux Oscars du meilleur film ou du meilleur réalisateur.

Dans ce contexte, les festivals sont, selon elle, essentiels pour assurer la diversité du secteur : Un festival permet de se faire remarquer, qu'on parle [de votre film] dans les journaux du monde entier. Les gens verront votre film et les acheteurs et autres programmateurs le verront, souligne-t-elle.

Un engagement de parité non contraignant, que Cannes, Venise et d'autres grands festivals ont déjà paraphé, sera ainsi signé durant la Berlinale.

La Française Agnès Varda, 90 ans, y présentera Varda par Agnès, un nouveau documentaire autobiographique hors compétition. Les superstars indiennes Ranveer Singh et Alia Bhatt fouleront le tapis rouge pour la première de Gully Boy, de Zoya Akhtar, une des rares réalisatrices à gros budget de Bollywood.

Agnès Varda reçoit une palme d'honneur à Cannes en 2015La cinéaste Agnès Varda Photo : Associated Press / Lionel Cironneau

Inclure Netflix et protéger les productions

Couronné à Venise en 2018 pour Roma, mais toujours boudé par Cannes, Netflix sera pour la première fois en lice à Berlin avec Elisa and Marcela, de l'Espagnole Isabel Coixet. Le festival berlinois voit des possibilités de coopération avec la plateforme de diffusion en ligne.

Roma : Netflix et l’avenir du cinéma

Il est important que les grands festivals de premier plan continuent de se battre pour le cinéma, fait valoir M. Kosslick.

Il s'agit maintenant de trouver des moyens de coexistence, comme l'ont fait le cinéma et la télévision, poursuit-il. Mais nous devons trouver des moyens de protéger les productions pour qu'elles puissent d'abord être diffusées dans les salles de cinéma, et seulement ensuite être diffusées en ligne.

Cinéma

Arts