•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services publics au N.-B. : l’équilibre budgétaire, mais à quel prix?

Le premier ministre Blaine Higgs prononce le discours sur l'état de la province, le 31 janvier 2019 à Fredericton.
Le premier ministre Blaine Higgs prononce le discours sur l'état de la province, le 31 janvier à Fredericton. Photo: La Presse canadienne / Stephen MacGillivray
Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick s'engage à équilibrer les finances publiques dès cette année. Pour y arriver, Blaine Higgs n'a pas l'intention d'augmenter les impôts ni les taxes, mais il prévoit faire des compressions.

Le chef progressiste-conservateur n’a toutefois pas précisé quels ministères pourraient être touchés.

L’équilibre budgétaire est un objectif louable, reconnaît la présidente de l’Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick, mais pas à n’importe quel prix.

Lucie Martin le 2 février 2019.Lucie Martin, présidente de l’Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

On s'entend que l'équilibre financier, tout le monde le souhaite, dit Lucie Martin. Elle s’inquiète du prix à payer pour le système d’éducation, et rappelle qu'il y a un manque de ressources dans les écoles.

En éducation, il n'y a pas de place pour des compressions, prévient-elle. On ne peut absolument pas avoir de diminutions dans nos budgets… Des budgets qui sont déjà très minces.

Le son de cloche est similaire du côté des parents d’élèves.

Chantal Varin le 2 février 2019.Chantal Varin, directrice générale de l'Association francophone des parents du Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

On souhaite certainement un équilibre budgétaire, lance Chantal Varin, directrice générale de l'Association francophone des parents du Nouveau-Brunswick (AFPNB), mais en même temps, c’est inquiétant pour les parents.

Qu'est-ce qui va être coupé exactement? [...] On est vraiment dans l'attente de ces réponses.

Chantal Varin, de l'AFPNB

L’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick, quant à elle, craint le pire pour les services destinés aux personnes âgées. Luc Doucet, le directeur de l’organisme, qualifie de poudre aux yeux les prétentions du premier ministre.

Luc Doucet.Luc Doucet, directeur de l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Actuellement, au Nouveau-Brunswick, on n'a même pas de ministre des Aînés, rappelle M. Doucet. C'est très inquiétant.

Sous le gouvernement Higgs, les affaires concernant les aînés relèvent en effet du ministère du Développement social.

Un homme en entrevueDaniel Légère, président du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) Nouveau-Brunswick Photo : Radio-Canada / Guillaume Aubut

Daniel Légère, président de la division néo-brunswickoise du Syndicat canadien de la fonction publique, s’inquiète de voir des services publics être coupés au nom de l’équilibre budgétaire.

La seule manière qu’il peut faire ça, c’est en coupant des services », croit M. Légère. « Les services publics, actuellement, dans certains secteurs, ils sont quasiment en crise. Quand on regarde dans les foyers de soins, on a de la misère à engager du monde. Dans les hôpitaux, on a des gros défis. Ça fait que si tu vas couper les budgets dans ces secteurs-là, c'est les citoyens du Nouveau-Brunswick qui vont payer le prix.

Le budget 2019-2020, qui doit être déposé en mars, sera également équilibré, promet Blaine Higgs.

D’ici là, les associations rencontrées prévoient participer à des consultations afin de faire entendre leur voix.

D’après un reportage de Wildinette Paul

Services publics

Économie