•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident mortel à la Romaine : EBC affirme avoir respecté les règles d'Hydro-Québec

Des travailleurs au chantier du barrage Romaine 3
Des travailleurs au chantier de la rivière Romaine Photo: Radio-Canada
Jean-Louis Bordeleau

Les avocats de la compagnie EBC ont poursuivi la présentation de leur preuve en cette cinquième journée du procès qui oppose la compagnie à la CNESST.

En 2016, sur le chantier de Romaine-4, l'employé d'EBC Luc Arpin meurt lorsqu'un mur de roches s'écroule sur sa pelle hydraulique.

EBC conteste le constat d’infraction émis par la CNESST à la suite de son rapport d’enquête.

Vendredi, les avocats d’EBC ont tenté de démontrer que les employés de la compagnie ont procédé selon les règles de l’art.

Selon eux, EBC a respecté scrupuleusement les directives d’Hydro-Québec.

Pour appuyer leur argumentation, ils ont présenté de nombreux documents commentés par leurs témoins.

Les avocats de la poursuite ont d’abord appelé à la barre le surintendant de l’excavation pour EBC dans le secteur de l'accident, Yvan Bouchard.

Ce dernier a affirmé ne pas avoir remarqué moins de géologues qu'à l’habitude sur le chantier le jour de l'accident.

Il a d'ailleurs qualifié de « bonnes » les relations avec les géologues d’Hydro-Québec.

Ensuite, l’ingénieur de projet à la dérivation de Romaine-4, Jonathan Cloutier, a témoigné durant le reste de la journée.

Il a notamment précisé que dans la zone en question, les dynamitages avant l'accident avaient réussi et généré moins de vibrations que prévu.

Les deux témoins de vendredi ont affirmé avoir confiance en l’expertise des géologues d’Hydro-Québec.

Ces derniers doivent évaluer les risques d'effondrement et demander des correctifs si nécessaires, par exemple la pose de boulons supplémentaires dans le roc.

Le procès reprendra lundi matin.

Avec les informations de François Robert

Côte-Nord

Accident de travail