•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province promet la fin de l’attente pour les subventions du BEF

L'entrée principale du Centre culturel franco-manitobain.

Plusieurs organismes francophones tels que le Centre culturel franco-manitobain sont depuis cet automne dans l'attente de réponses à des demandes de subvention faites auprès du Bureau de l'éducation française.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement manitobain confirme avoir renouvelé pour deux ans l'entente Canada-Manitoba en éducation. Les délais dans la négociation de cet accord ont entraîné des retards dans l'attribution de subventions du Bureau de l'éducation française (BEF) à plusieurs organismes communautaires pour des projets éducatifs.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, le ministère confirme que la durée des négociations a eu un effet sur le Programme d'enrichissement du français en éducation. Ce dernier permet chaque année à plusieurs organismes de soumettre au BEF des demandes d’aide financière pour des projets à destination des jeunes.

Pourtant, depuis près de cinq mois, les réponses se font attendre.

« Ça nous a un peu fragilisés », reconnaît la directrice du théâtre du Cercle Molière, Geneviève Pelletier.

Ce que regrettent les organismes dans la communauté, c’est d’avoir été laissés dans l’ignorance.

« On aurait dû avoir une réponse en début de saison, précise Geneviève Pelletier. On a reçu seulement au mois de décembre une lettre du ministre de l’Éducation nous annonçant qu'il n'y avait pas eu de ratification. On vient tout juste de savoir la semaine dernière que l'entente a été reconduite. »

Un retard qui a un coût

En l'absence de réponses, avec le début de l’année scolaire, certains, comme le Conseil jeunesse provincial, n’ont eu d’autre choix que d’avancer l’argent pour financer certains projets.

« Pour notre grand rassemblement jeunesse en automne, on reçoit entre 15 000 et 18 000 $ normalement. On a dépensé cette somme, mais on ne sait pas pour l’instant ce qu’on va recevoir, ni même si notre demande est acceptée », explique la directrice générale, Roxane Dupuis.

Elle ajoute par ailleurs que certains nouveaux projets ont été reportés à l’année prochaine, faute de savoir s’ils pourraient être financés.

Par téléphone, le responsable des communications du Centre culturel franco-manitobain (CCFM), Valentin Cueff, confirme que l’organisme connaît un retard dans un des versements du BEF, sans pour autant vouloir donner plus de détails.

Pour la saison 2017 - 2018, le CCFM avait reçu 23 500 $ de la part du BEF.

Du côté du théâtre du Cercle Molière, il y a trois projets de la programmation jeunesse qui sont dans l’attente de près de 30 000 $.

Est-ce qu’on va recevoir les fonds comme les années passées? Cela reste encore à déterminer parce qu’on n’a pas encore reçu de réponse définitive.

Une citation de : Geneviève Pelletier, directrice du théâtre du Cercle Molière

La province, quant à elle, se veut rassurante et promet de donner prochainement des réponses concrètes quant aux sommes octroyées.

Elle invite par ailleurs les organismes francophones à soumettre leurs demandes pour la prochaine année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !