•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vermeilleuse, loin d'être merveilleuse selon les chauffeurs de la STS

Une personne tient la carte Vermeilleuse, devant un arrêt d'autobus.

Les anciens titres de transport ont disparu pour laisser la place à la carte Vermeilleuse.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs Sherbrookois voient leur nouvelle carte à puce refusée par le nouveau système d'embarquement de la Société de transport de Sherbrooke (STS), et ce même si elle est valide. Six mois après son lancement, la « Vermeilleuse » éprouve encore plusieurs difficultés techniques, constatent de nombreux chauffeurs et des usagers.

Deux problèmes majeurs ont été décelés. Le syndicat des chauffeurs de la STS a constaté que le problème a touché de nombreux étudiants universitaires, particulièrement en décembre dernier.

Le problème semble persister en janvier, même si le syndicat constate une certaine amélioration.

Depuis un mois ou deux, plusieurs cartes vont être refusées, comme si elles étaient expirées ou que les étudiants n'avaient pas payé leurs frais de scolarité, indique le vice-président du syndicat, André Marsan.

L'autre problème survient lorsqu'un autobus change de circuit. Le système met alors quelques secondes pour se mettre à jour, ce qui peut causer plusieurs délais d'attente pour les usagers.

Il faut dire aux clients d'attendre dans la porte le temps que le système soit à jour. Ça crée une problématique pour nous et pour la clientèle qui commence à penser que le système n’est pas si fiable que ça finalement, croit M. Marsan.

Si tu es en heure de pointe et qu'il y a beaucoup de monde, on va avoir tendance à dire aux gens d'aller s'asseoir [sans valider leur carte] parce que sinon on finit par retarder le réseau au complet, ajoute-t-il.

Un lecteur de carte a été installé dans tous les autobus de la STS. Le logo est une cerise. Une personne tient la carte pour la scanner. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce lecteur de carte a été installé dans tous les autobus de la STS.

Photo : Radio-Canada

Améliorations en cours

La Société de transport de Sherbrooke affirme être bien au fait des problèmes techniques de son nouveau système. Elle assure tout faire pour tenter de les régler le plus rapidement possible.

Selon la STS, tout devrait rentrer dans l'ordre au cours des prochaines semaines. Comme il s'agit d'une première à Sherbrooke pour cette technologie, le directeur marketing de la STS, Louis-André Neault, croit qu'il est normal de confronter certains pépins informatiques.

La carte a été mise en application pour l'ensemble de la clientèle en juin 2018. Ce sont environ 30 000 ou 35 000 cartes déployées en peu de temps. Dans ce contexte, ça crée beaucoup de volume. C'est donc normal d'avoir des petits problèmes de cette nature.

La STS a dépensé 2 millions $ pour financer ce passage aux technologies numériques ce qui inclut l'installation de lecteurs dans les autobus. Le recours à cette carte numérique permettra, selon elle, de limiter les cas de fraudes.

Estrie

Transport en commun