•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cousin des crocodiles découvert dans l’Antarctique

Une représentation d'artiste où l'Antarctanax Shackletoni est vue près d'une rivière, dans une forêt.
L’Antarctanax shackletoni est vu près d'une rivière, dans cette représentation d'artiste. Photo: Field Museum / Adrienne Stroup
Radio-Canada

Le fossile d'un archosaure a récemment été découvert dans les montagnes de l'Antarctique, ce qui prouve que ce continent était autrefois un terreau fertile pour la biodiversité, selon des chercheurs.

Une équipe de chercheurs étrangers a retrouvé les restes d’une forme unique d’archosaure : l’Antarctanax shackletoni. Le « roi de l’Antarctique » avait la taille d’un iguane et se nourrissait surtout d’insectes et de petits animaux.

La découverte de cette nouvelle espèce a surpris les scientifiques.

À l’époque où vivait l’A. shackletoni, tous les continents de la planète ne formaient qu’un seul supercontinent, la Pangée. On pensait donc que les animaux de l'Antarctique représentaient une sous-catégorie de ceux qui existaient ailleurs, raconte Brandon Peecock, premier auteur de l’étude.

Mais on apprend maintenant que la vie en Antarctique était étonnamment unique.

Brandon Peecock, chercheur au Field Museum

Les archosaures saisissent l’occasion

Les archosaures ont profité de la plus grande extinction que la Terre ait connue, il y a 250 millions d’années. La catastrophe leur a laissé suffisamment de place pour remplacer les espèces disparues.

« Avant cette extinction, explique Brandon Peecock, les archosaures se trouvent seulement autour de l’Équateur. Mais après, ajoute-t-il, ils étaient partout. » Les archosaures regroupent plusieurs animaux, comme les dinosaures, mais aussi les oiseaux et les crocodiles.

Le saviez-vous?

Shackletoni fait référence à Ernest Shackleton, explorateur irlandais qui a beaucoup voyagé au pôle Sud.

Pour Brandon Peecock, cette découverte montre une fois de plus que l’Antarctique était « un terreau fertile pour l’évolution ». Ce fossile s’ajoute à plusieurs autres retrouvés depuis 1970 sur le continent, notamment ceux de deux autres espèces d’archosaures.

Expédition au pôle Sud

L’équipe, qui publie ses travaux dans le Journal of Vertebrate Paleontology (Nouvelle fenêtre), a trouvé les restes du squelette lors d’une expédition au sommet des montagnes transantarctiques, en 2010-2011.

C’est le seul endroit, à part quelques îles, où il est possible de mener ces recherches paléontologiques, explique Brandon Peecock. La glace et le froid sont les principaux obstacles.

L’Antarctique, comme les fonds océaniques, fait partie des endroits qu’on commence à peine à explorer.

Brandon Peecock, chercheur au Field Museum

Nature et animaux

Science