•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des potagers devant les maisons en toute légalité à Québec

Véronique Chapier veut conserver ses plantes potagères devant sa maison.

En 2017, la Ville de Québec avait ordonné à Véronique Chapier de retirer des plantes potagères du terrain devant sa maison (archives)

Photo : Radio-Canada / Cathy Senay

Carl Marchand

Les jardiniers de Québec pourront peut-être augmenter leur production l'été prochain : la Ville autorise désormais les potagers dans la cour avant d'une résidence.

En 2017, une résidente de Charlesbourg avait connu des problèmes en raison de son potager devant sa maison.

En 2018, un autre citoyen, François St-Pierre, avait écopé d'une amende de 1379 dollars pour avoir cultivé un jardin dans sa cour avant et sur le toit de sa résidence.

Potagers de façade : une victoire pour les jardiniers, dit François-St-Pierre

Les potagers en cour avant devront cependant respecter certaines dispositions, notamment être à 0,5 mètre d’un trottoir, d’une bordure de rue, d’une piste cyclable ou d’une ligne latérale de lot.

La superficie des jardins sera fixée par rapport à la superficie d'un terrain.

  • Plus de 300 m2 : la superficie du potager est limitée à 50 %;
  • De 100 m2 à 300 m2 : la superficie du potager est limitée à 75 %;
  • Moins de 100 m2 : aucune limite de superficie.

Décision applaudie

La décision est très bien reçue chez le collectif Craque-Bitume, un organisme d'écologie urbaine.

« De mobiliser tout espace pour cultiver des aliments, ça favorise la souveraineté alimentaire des citoyens et de la ville », indique la chargée de projet en agriculture urbaine, Camille Lambert-Deubelbeiss.

Ça nous permet d'être moins dépendants du système agroalimentaire qui mobilise beaucoup de transport, où il y a souvent du suremballage.

Camille Lambert-Deubelbeiss, chargée de projet en agriculture urbaine, Craque-Bitume

Pour François St-Pierre, il n'y avait aucune logique à privilégier la culture du gazon plutôt que des légumes.

« On parle d'une plante qui n'a aucune valeur comestible, qui même est une dépense d'énergie, qu'on doit entretenir, comparativement à un potager qui oui, va certainement être une dépense d'énergie, mais au moins on va en tirer quelque chose et même faire des réserves pour l'hiver si on fait bien ça. », explique-t-il.

Avec cette modification, le citoyen se dit encouragé pour la contestation de son amende devant les tribunaux.

« Ça n'avait aucun bon sens et même si je savais que je n'avais pas l'intention de refaire de potager en façade, la cause valait la peine d'être débattue ».

Québec

Politique municipale