•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chevreuils arrivent en ville et pourraient attirer les loups

Un chevreuil dans la neige.

Les changements climatiques ont un impact sur la survie des chevreuils, selon M. Ranta.

Photo :  Francois Pruel

Radio-Canada

Le froid polaire et la neige ayant envahi leur habitat, les chevreuils trouvent refuge dans les municipalités du Nord de l'Ontario. Toutefois, ce sont les loups, jamais trop loin derrière eux, qui inquiètent les résidents de Kenora, Dryden et Thunder Bay.

Le biologiste et expert de la faune nord-ontarienne, Bruce Ranta, étudie les chevreuils depuis de nombreuses années. Selon lui, il est encore trop tôt pour mesurer l’impact qu’aura la météo extrême sur les populations de ces cervidés.

Un hiver long et froid est une période durant laquelle les chevreuils luttent avec de la nourriture insuffisante, dit l’expert. Si l’hiver se fait très long et qu’ils n’ont pas accès à de la végétation verte, facile à digérer, ils pourraient mourir de malnutrition en fin d’année.

Les chevreuils affaiblis sont aussi des proies faciles pour les loups, leur prédateur principal. Pour augmenter leur chance de survie, ils errent donc dans des régions urbaines, explique M. Ranta.

Toutefois, leur présence attire aussi les loups.

C’est vraiment un nouveau phénomène des dernières années, soutient l’expert. Les loups sont devenus courants dans les municipalités.

Des gens ont perdu leur chien à cause des loups. Lorsqu’ils ne trouvent pas les chevreuils, un petit chiot bien dodu peut leur sembler appétissant.

Bruce Ranta, biologiste et expert de la faune nord-ontarienne

Selon M. Ranta, la neige s’est faite tardive cet hiver, ce qui augmente les chances de survie des chevreuils.

Toutefois, le facteur le plus important serait l'épaisseur de la couche de neige.

Les chevreuils sont en bonne santé pour le moment, dit-il. La couche de neige n’est pas encore épaisse dans leur habitat de Kenora à Thunder Bay. Mais elle commence à s’accumuler et l’hiver n’est pas encore fini.

Si 50 cm de neige [durent] 50 jours, le taux de mortalité des cerfs augmente exponentiellement, affirme M. Ranta.

Avec les informations de CBC

Faune et flore

Environnement