•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yukon Arctic Ultra : prêts pour 690 km de course à pied

Un homme sous la neige, de nuit. Il a une lampe frontale sur la tête et est bien habillé pour l'hiver.
Russ Reinbolt Photo: CBC / Philippe Morin
Nelly Albérola

Quarante et une personnes venues du monde entier ont quitté Whitehorse, dimanche, pour tenter de rejoindre Dawson, une ville qui se trouve 690 km plus au nord. Elles sont seules et sans moyen de transport motorisé.


Être bien équipé

Un homme avec une lampe frontale allumée sur sa tête, range un habit jaune dans un sac hermétique sur une luge. Il fait nuit et il neige.Russ Reinbolt tente cette année la 300 miles, soit 482 km de course en solitaire. Photo : CBC / Philippe Morin

Tous les compétiteurs de la 16e Yukon Arctic Ultra ont décidé de faire le parcours à pied, à l’exception de trois participants qui se lancent dans l’aventure en vélo de montagne ou en ski de fond, les deux autres catégories autorisées de la course.

À moins d’avoir fait des stages de survie, les coureurs doivent faire vérifier tout leur matériel avant le départ. Onze points de contrôle sont également placés tout au long du parcours jusqu’à Dawson.


Physiquement préparé

Une femme est dans son sac de couchage, Seule sa tête dépasse. Elle est dehors sous la neige devant des sapins enneigés.Shelley Gellatly Photo : CBC / Philippe Morin

La Yukon Arctic Ultra est l'une des courses les plus difficiles du monde. Les organisateurs rappellent qu’une situation des plus anodines peut rapidement devenir une menace pour la vie durant un rude hiver yukonnais.

L’an passé, deux participants ont dû subir des amputations après avoir souffert de brûlures extrêmes dues au froid.


Force mentale

Un homme est assis dans la neige. Il fait nuit et il porte une lampe frontale. Il est prêt d'un arbre, autour d'un feu qu'il regarde brûler. Il a une bouteille isotherme dans la main droite et une tasse dans la main gauche. S'ils sont loin d'un point de rencontre, les coureurs devront dormir seuls dans les bois. Photo : CBC / Philippe Morin

Le premier arrivé ne reçoit pas d'autre prix que la fierté d’avoir réussi la course. Au-delà de la performance physique, c’est aussi un véritable défi mental pour les athlètes. De nombreux anciens participants avouent avoir eu des hallucinations au fur et à mesure que la course se poursuivait.


Les autres courses

Une tente éclairée avec une luge ou un traineau posé devant. Il fait nuit, mais on peut dicerner des grands sapins et de la neige tout autour.Les compétiteurs ont 14 jours et 13 nuits pour parcourir seuls, sans véhicule motorisé, les 690 km qui séparent Whitehorse de Dawson. Photo : CBC / Philippe Morin

Cette année, les participants ont entre 27 et 74 ans, et viennent d’une vingtaine de pays différents.

Ils se lancent ensemble sur le même tracé que la course de traîneaux à chiens Yukon Quest, partie la veille du même endroit, mais ils ne vont pas tous parcourir 690 km. Trois autres distances sont proposées chaque année : le Marathon, la 100 miles (160 km) et la 300 miles (482 km). Cela porte le nombre total de participants, en prenant en compte tous les parcours, à 83.

Colombie-Britannique et Yukon

Ultra marathon