•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La boxe pour combattre les symptômes du Parkinson

Un cours de boxe adapté pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Un cours de boxe adapté pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La pratique de la boxe semble avoir des effets bénéfiques pour les personnes atteintes de Parkinson. En ce sens, une entreprise de la région de Québec offre des cours adaptés depuis le début de l'automne.

Jean-Paul Demers, qui souffre de la maladie de Parkinson depuis près de 13 ans, participe à ces cours. Il affirme que la boxe l'aide à mieux vivre avec sa maladie.

« Ça me permet de mieux fonctionner, d'avoir moins de off. Les off, c'est des moments où la médication ne fait plus effet. Quand ça arrive, je marche avec de petits pas. Quand je fais des exercices, ça enraye ça », explique-t-il.

Jean-Paul Demers dit également prendre moins de médicaments depuis qu'il s'est mis aux entraînements de boxe, en septembre.

Atteint de parkinson, Jean-Paul Demers arrive à faire diminuer ses symptômes avec la boxe

Photo : Radio-Canada/Carl Boivin

Il devait auparavant prendre une trentaine de pilules par jour pour combattre les symptômes de sa maladie. Il en prend maintenant la moitié moins.

Effet neuroprotecteur

Dans la région de Québec, l'entreprise Synapse Neuroréadaptation est la première à offrir ces cours de boxe pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

« Les études scientifiques récentes disent de plus en plus que l'activité d'intensité élevée, comme la boxe, a un effet neuroprotecteur qui pourrait ralentir la maladie », affirme le cofondateur de Synapse Neuroréadaptation Benoit Labbé.

Les cours incluent, en plus de la boxe, des exercices pour améliorer la coordination, l'équilibre, la posture et la souplesse.

« La maladie va avoir un effet sur des problématiques pour les doubles tâches, sur l'équilibre, sur l'agilité, sur les mouvements plus complexes en général. La lenteur et l'amplitude du mouvement sont aussi diminuées. On prend ça en compte pour choisir des exercices », souligne Benoit Labbé.

Lucie Veilleux accompagne son conjoint depuis deux sessions. Elle constate les effets bénéfiques que la boxe a sur lui.

« Il a plus d'endurance qu'il en avait. Il dort moins dans le jour, ce qu'il faisait avant. Il était toujours fatigué », observe-t-elle.

Un exutoire

Les cours permettent également à certains participants d'exprimer leurs frustrations face aux deuils qu'ils doivent faire. La boxe peut aussi briser l'isolement.

« En venant ici, il voit du monde, il rigole. Il n'est pas seul non plus. On a l'impression des fois qu'on vit tout seul dans la maladie, mais non. T'as du monde et on est heureux pareil », souligne Lucie Veilleux.

Les entraînements ont lieu deux fois par semaine dans un gymnase de Lévis. L'entreprise souhaite, si la demande le permet, offrir des cours de boxe adaptée ailleurs dans la région de Québec.

Jean-Paul Demers, lui, estime qu'il serait en fauteuil roulant aujourd'hui, s'il n'avait pas décidé d'enfiler les gants.

« Je vis au jour le jour, mais chaque jour que je fais, c'est des journées de qualité. Pour l'instant, j'ai pas à me plaindre », dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !