•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget du Nouveau-Brunswick équilibré un an plus tôt que prévu

Blaine Higgs prononce le discours sur l'État de la province à Fredericton, le 31 janvier 2019.

Blaine Higgs a prononcé le discours sur l'État de la province, jeudi soir.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Michel Corriveau

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick promet d'équilibrer les finances publiques dès cette année. C'est ce que Blaine Higgs a annoncé dans son discours sur l'État de la province, qu'il a prononcé jeudi soir à Fredericton.

Le gouvernement va donc équilibrer son budget pour l'année en cours, soit 2018-2019.

L'an dernier, la ministre libérale des Finances, Cathy Rogers, avait prévu un déficit de 188 millions de dollars pour 2018-2019.

Je suis fier de dire que, même s'il reste seulement deux mois dans l'année financière, nous allons équilibrer le budget cette année.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Le premier ministre a également promis que le prochain budget, pour 2019-2020, sera lui aussi équilibré. Il doit être présenté au mois de mars.

Blaine Higgs prévoit d'atteindre ces objectifs financiers sans augmenter les impôts ou les taxes.

Toutefois, des compressions financières importantes sont prévues dans la plupart des ministères.

Et le premier ministre assure que si le Nouveau-Brunswick recevait davantage en transferts fédéraux, ces fonds pourraient servir à réduire les impôts, à rembourser la dette ou à améliorer le système d'éducation.

Notre mission commune doit être la suivante : avoir un gouvernement qui fonctionne, une économie qui offre des possibilités et des finances que nous pouvons soutenir.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Par ailleurs, Blaine Higgs a mentionné dans son discours que le gouvernement avait déjà commencé à lever les barrières à l'exploitation du gaz de schiste dans la région de Sussex.

Le premier ministre conservateur a profité de son discours pour décocher quelques flèches à l'endroit du gouvernement fédéral et du Québec.

Ainsi, le premier ministre compte demander à Ottawa de revoir son plan d'investissements dans les infrastructures. Il souhaite une formule qui n'obligerait pas la province à fournir au moins la moitié des investissements consentis par le fédéral.

Blaine Higgs souhaite aussi obtenir la pleine gestion des rivières et des pêches, en ce qui a trait à la pêche au saumon. Avec, entre autres, les conseils des Premières Nations, Blaine Higgs est persuadé que la province pourrait mieux gérer la ressource que le fédéral.

À demi-mot, le premier ministre a aussi reproché au Québec de s'opposer à la relance du projet d'oléoduc pancanadien.

En référence aux projets d'exportation d'électricité du Québec, Blaine Higgs a dit que, si le Québec souhaite utiliser le réseau de transport d'électricité du Nouveau-Brunswick, il devra montrer un intérêt équivalent pour l'avenir économique du Nouveau-Brunswick.

Plusieurs dizaines de convives assis à de longues tables regardent Blaine Higgs prononcer son discours.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De nombreuses personnes ont écouté le discours du premier ministre Higgs.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le premier ministre a aussi réitéré son intention de réformer l'aide sociale. La province pourrait, dit-il, contribuer au paiement des coûts de transport ou de garderie pour aider les travailleurs à occuper un emploi.

Enfin, sans donner de détails, le premier ministre dit qu'il faudra mettre en place un enseignement du français langue seconde qui soit accessible à tous. Il ne mentionne pas, toutefois, ce qu'il adviendra du programme actuel d'immersion précoce.

Réactions variées au discours du premier ministre Higgs

Le premier ministre aurait dû reconnaître les efforts de l’ancien gouvernement de Brian Gallant, estime le député libéral de Campbellton-Restigouche, Guy Arseneault.

Je suis heureux pour le Nouveau-Brunswick, mais on a déjà équilibré le budget l’année passée. C’est très facile pour lui de le faire de nouveau. On a fait tout ça avec les investissements dans l’éducation, dans la santé et dans l’infrastructure. Lui, il commence à couper déjà. Ce n’est pas nécessairement leur gérance qui a fait ça. J’étais un peu déçu qu’il n’a pas donné un peu de crédit pour le gouvernement précédent, affirme Guy Arseneault.

L'accent mis par Blaine Higgs sur le rôle du secteur privé réjouit Mike Leger, directeur général de Forest NB.

Le premier ministre a ciblé la contribution du secteur privé. Nous, on représente le secteur forestier. Mais d’autres secteurs industriels seront vraiment dans l’avance pour [aider] dans cet objectif provincial sur les finances. J’étais très impressionné avec le fait qu’il veut trouver des solutions ou des manières d’écouter l’industrie, l’industrie forestière en particulier, ce qu’on peut faire comme province, comme des objectifs politiques et [réglementaires] pour vous aider dans ce recouvrement fiscal de la province, explique Mike Leger.

Les municipalités veulent aussi contribuer au développement de la province, souligne le maire d’Edmundston, Cyrille Simard.

J’ai apprécié des aspects qui portaient sur l’immigration, sur le rôle des municipalités comme étant au premier plan sur [un] certain nombre de décisions où on est convaincu qu’on a un rôle à jouer. J’aurais souhaité une approche un peu plus globale sur les réformes qui sont nécessaires, je dirais notamment dans le domaine municipal, parce qu’on veut être des partenaires pour le développement de notre province. Ça, c’est un message qu’on va continuer de véhiculer vis-à-vis le premier ministre, conclut Cyrille Simard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale