•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5000 ambulanciers formés aux soins palliatifs

5000 ambulanciers formés aux soins palliatifs
Pierre Verrière

Un nouveau programme national vise à former des ambulanciers à donner aux personnes en fin de vie les soins palliatifs qu'elles souhaitent recevoir, à domicile. Le Partenariat canadien contre le cancer et la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé ont annoncé qu'ils financeraient le programme dans six provinces, dont le Manitoba.

Les ambulances sont déjà équipées pour s'occuper de patients en fin de vie. Avec ce nouveau programme, il n'est donc pas question de former les ambulanciers à utiliser de nouveaux outils, mais plutôt de les amener à développer certaines qualités humaines.

Au total, 5000 ambulanciers devraient bénéficier de cette formation dans six provinces canadiennes. Le coût de cette formation, qui durera trois ans, est évalué à 5,1 millions de dollars pour les quatre prochaines années.

Le programme avait été lancé en Nouvelle-Écosse sous la forme d'un projet pilote avant d'être mis en place à l’Île-du-Prince-Édouard et en Alberta.

Au Manitoba, la formation sera offerte au sein de l'Office régional de la santé d'Entre-les-Lacs et de l'Est. Cette dernière a obtenu 700 000 $ pour former au total 260 ambulanciers en soins palliatifs.

« Nous voulons donner aux ambulanciers la confiance nécessaire pour entrer dans les maisons afin d'aider les personnes en fin de vie et être à l'aise non seulement pour traiter les nausées, les problèmes respiratoires ou les douleurs, mais aussi offrir de l'aide psychologique », explique le directeur de l'Association des ambulanciers du Manitoba, Eric Glass.

« Nous voulons que les ambulanciers se sentent en confiance pour interagir avec des patients en fin de vie », explique-t-il.

Selon l'Office régional de la santé d'Entre-les-Lacs et de l'Est, le programme s'appuie sur les partenariats existants entre les médecins de soins primaires, les membres de l'unité de soins palliatifs, ceux qui s'occupent des soins à domicile et les membres d’équipes paramédicales.

« On verra deux grands changements », explique la vice-présidente des services de l'Office régional, Karen Stevens Chambers.

« Premièrement, des ambulanciers seront formés à la philosophie des soins palliatifs. Deuxièmement, les clients recevront de l'appui chez eux pour éviter le transport à l'hôpital et pour que leurs symptômes et leur douleur soient gérés à la maison. »

Selon l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), 75 % des Canadiens qui sont en fin de vie souhaitent mourir chez eux.

« Seule une petite partie d'entre eux a cette possibilité », note Karen Stevens Chambers.

« L'un des plus gros défis est que c'est effrayant de se retrouver chez soi et de ne pas avoir un système de soutien. Or, pour mourir confortablement à la maison, on a besoin d'être entouré par la famille, mais aussi par des professionnels de la santé. »

L'Office régional de la santé d'Entre-les-Lacs et de l'Est assure que cette formation ne générera pas de coûts additionnels à long terme.

Manitoba

Santé publique