•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre de la Santé réitère l'engagement du gouvernement Ford envers le système public

La ministre ontarienne de la Santé Christine Elliott en point de presse devant des drapeaux

La ministre ontarienne de la Santé Christine Elliott

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

Radio-Canada

« Le gouvernement Ford veut renforcer le système public », selon la ministre de la Santé. Christine Elliott a répété ces mots à plusieurs reprises jeudi, alors qu’elle répondait aux questions des journalistes sur une ébauche de projet de loi qui a fait l’objet d’une fuite.

La chef du NPD Andrea Horwath avait rendu public, plus tôt dans la journée, un document de 81 pages qui semble indiquer que le gouvernement ontarien veut abolir les Réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS).

La chef du NPD ontarien Andrea Horwath Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La chef du NPD ontarien Andrea Horwath

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

La province compterait remplacer ces agences régionales de planification par un organisme centralisé chargé de superviser le système de santé. Le projet de loi donnerait aussi à la ministre de la Santé et à l'organisme centralisé le pouvoir de fermer des établissements de santé ou de les fusionner.

Mme Horwath a soutenu que l'objectif ultime de cette démarche est d'offrir moins de services de santé et de faire plus de place au secteur privé.

La privatisation des services de santé est manifestement envisagée dans ce projet de loi.

Andrea Horwath, chef du NPD de l'Ontario

La ministre de la Santé a vertement critiqué la chef du NPD, l'accusant de faire de la politique avec un document qui n'est qu'une version très préliminaire d'un projet de loi. « Notre gouvernement poursuit ses consultations », a déclaré Christine Elliott, pour « bâtir sa stratégie de transformation du système de santé ».

Pressée de questions par les journalistes, elle a répondu invariablement sur un ton très ferme que le gouvernement « était engagé envers le système public » et était déterminé « à renforcer le système public ».

La ministre de la Santé a dit qu'elle ne pouvait faire de commentaires sur des aspects précis des changements envisagés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Santé