•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mystère à Saint-Henri : comment a-t-on pu dessiner le nombril de cet ours?

Une oeuvre en forme d'ours avec un nombril sur le Canal Lachine à Montréal.

Un ours dessiné dans la neige sème l'émoi à Saint-Henri.

Photo : Radio-Canada / Kate McKenna

Radio-Canada

D'après un texte de Kate McKenna de CBC

Mercredi matin, les résidents du quartier Saint-Henri à Montréal se sont réveillés avec une nouvelle oeuvre d'art urbaine. À même le canal Lachine, un ours géant avec un nombril a été dessiné sur la neige par un ou des artistes, toujours inconnus à ce jour.

Réalisée à proximité d’un pont piétonnier, l’oeuvre de neige est située dans un endroit fort stratégique permettant aux passants de l’immortaliser en photo.

Jusqu’ici, tout va bien. Mais un mystère plane : comment le nombril de l’ours a-t-il été effectué?

Sachant que la distance séparant les parois latérales de l’animal et son nombril est d’un peu plus de deux mètres, il n’en a pas fallu plus pour que la toile s’enflamme dans des théories les plus originales les unes que les autres.

Voici quelques pistes de réflexion soulevées par des internautes.

1. L’artiste a sauté

La théorie la plus simpliste, et probablement la plus populaire, est que le créateur aurait sauté au centre de son oeuvre.

« Ça ressemble à des empreintes à talons hauts pour moi. Je crois qu’il y a eu un saut héroïque à partir du côté du ventre. » - Dave Atkinson

Or, cette hypothèse pose problème, d’abord parce que l’ours est dessiné sur un canal gelé, donc forcément glissant. Aucune trace de dérapage suggérant que l’auteur aurait glissé à cet endroit n’est visible sur la photo.

Et c’est sans prendre en considération que la distance pour exécuter un tel saut (deux mètres) est beaucoup trop grande pour être effectuée par le commun des mortels, surtout sans laisser de traces dans la neige.

Passons à la prochaine théorie.

2. L’artiste a lancé des boules de neige

Les quatre incisions dans la neige qui forment le nombril de l’ours soulèvent à leur tour des théories fort intéressantes. Peut-être que le créateur a lancé des boules de neige au centre de son oeuvre?

Encore une fois, à moins que les personnes derrière ce mystère ne soient des joueurs de pétanque de niveau professionnel, c’est tout de même difficile à croire.

Quelles sont les chances que l’artiste ait lancé quatre boules de neige parfaites l'une après l’autre?

Théorie suivante.

3. Des drones

Si le ou les mystérieux personnages derrière l’ours du canal Lachine étaient très motivés, c’est possible qu’ils aient utilisé un drone pour laisser tomber de la neige au niveau du nombril de l’animal.

Mais ça semble être un plan un peu trop élaboré pour quelque chose qui est censé disparaître quelques jours plus tard dans les aléas de la météo.

Suivant.

4. Des bâtons de hockey

Plusieurs internautes se sont aussi lancés dans la théorie du bâton pour former le nombril de l’ours. D’ailleurs, les sourcils de l’animal semblent avoir été dessinés avec des bâtons de hockey.

« Puis-je proposer une théorie farfelue? Un ballon fixé à un long morceau de bois (un deux par quatre?). Ils pouvaient être debout sur le côté et dessiner le nombril de cette façon. » - Brennan Neill

5. Les empreintes étaient déjà là

C’est aussi fort probable que les quatre marques dans la neige étaient déjà présentes avant que la création prenne forme. C’est peut-être même ce qui a inspiré l’oeuvre en premier lieu. Mais comme il a neigé jusqu’à 5 h du matin dans la nuit de mardi à mercredi dernier et que le nombril semble aussi profond que le reste de l’ours, il doit absolument avoir été dessiné après la tempête qui frappait Montréal.

6. Des extraterrestres

Ok... on est peut-être allés trop loin. Mais on ne pouvait exclure cette théorie.

De nouvelles informations infirment plusieurs théories soulevées par les internautes. Une photo envoyée par Hamish Lloyd Lambert, un citoyen qui passait par là lorsque l’ourson enneigé a été réalisé, révèle quelques indices.

Deux artistes étaient sur le coup, et ils ne semblaient pas avoir d’outils avec eux. Donc les hypothèses entourant l’usage de bâton ou de perche sont invalidées.

***Sachez que s’aventurer sur le canal Lachine est interdit en hiver pour des raisons de sécurité.

Mystère résolu! Nous avons le fin mot de l'histoire. Les artistes se sont manifestées. Les internautes qui ont tout misé sur la théorie des boules de neige seront satisfaits d'apprendre que c'est effectivement de cette façon que les deux artistes sont parvenues à dessiner le nombril de l'ours.

Grand Montréal

Art urbain