•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charles Philibert-Thiboutot espère mettre les blessures derrière lui

Charles Philibert-Thiboutot au 1500 m des Championnats NACAC

Charles Philibert-Thiboutot au 1500 m des Championnats NACAC

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Guillaume Piedboeuf

Remis d'une blessure qui l'a forcé à bousculer son calendrier hivernal, Charles Philibert Thiboutot s'est envolé pour l'Arizona jeudi pour un camp d'entraînement en altitude. À un an et demi des Jeux olympiques de Tokyo, le coureur de Québec se croise les doigts pour un été en santé.

Dans le monde de centièmes de seconde qu’est la course à pied, le moindre petite blessure peut couler un athlète. Et une blessure est vite arrivée.

Charles Philibert-Thiboutot en sait quelque chose. Bien qu’il ait été en mesure de défendre son titre de champion canadien au 1500 m à chacune des trois dernières années, l’Olympien a bataillé avec sa part d’ennuis physiques depuis sa participation aux Jeux de Rio, en 2016.

Le plus récent est une foulure à la cheville subite en s’entraînant en cross-country qui a éventuellement mené à une tendinite du tendon d’Achille au début de l’hiver. Résultat, le coureur est demeuré à Québec en réhabilitation dans le froid du mois de janvier plutôt que de fuir vers le Sud pour s’entraîner comme il a l’habitude de le faire.

En temps normal, j’aurais fait mon camp d’entraînement en altitude au mois de janvier, mais le calendrier a été repoussé, malheureusement.

Résultat, Philibert-Thiboutot a dû annuler sa participation à plusieurs courses sur circuit intérieur auxquelles il avait été invité.

Un été important

Là, je prévois juste m’entraîner et me bâtir une bonne base en vue de l’été. C’est une année de championnat du monde, donc c’est l’objectif principal. Comme ils sont au Qatar cette année, c’est en octobre plutôt qu’en septembre. Il faut s’adapter à l’entraînement pour atteindre le sommet de sa forme plus tard dans la saison.

Atteindre le sommet de sa forme et rester en santé. Dans le cas de l’athlète de Québec, cela voudra dire privilégier de plus longue distance que le 1500 mètres en début de saison. N’empêche, il n’hésite pas à fixer la barre assez haute à moins d’un an des Jeux olympiques de Tokyo.

En plus de défendre son titre canadien, cet été, Charles Philibert-Thiboutot espère battre son meilleur temps en carrière et ainsi réaliser le standard le qualifiant pour les JO. C’est au 1500 m de Monaco, sur le circuit de la Diamond League, qu’il a réalisé son record personnel en 2015 et 2016. Deux chronos identiques de 3 minutes 34 secondes et 23 centièmes qu’il n’a jamais réussi à reproduire depuis.

Finalement, l’ancienne gloire du Rouge et Or espère participer à la finale des championnats du monde, en octobre. « Ce serait une suite logique des choses après avoir fait la demi-finale aux derniers olympiques. »

Vivre une course en Europe… en 16 millimètres

Philibert-Thiboutot est par ailleurs la vedette d’un court-métrage filmé sur pellicule 16 millimètres par son ami d’enfance, le réalisateur David Findlay, et publié sur la plateforme Viméo cette semaine. Findley, qui avait également réalisé un docu-fiction, The Middle Distance, au sujet de Philibert-Thiboutot, a cette fois accompagné son ami en Europe pour une compétition et un voyage éclair de trois jours l'été dernier.

Course

Sports