•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La victoire ou la porte pour Jagmeet Singh

Le chef du Nouveau Parti démocratique du Canada, Jagmeet Singh

Photo : Radio-Canada

Louis Blouin

Bien plus qu'un siège au Parlement, c'est l'avenir de Jagmeet Singh à la tête du Nouveau Parti démocratique (NPD) qui est en jeu lors de l'élection de Burnaby-Sud. Sous le couvert de l'anonymat, neuf députés du parti affirment que sans victoire, le chef n'aura pas la légitimité pour demeurer en poste.

À quelques mois de l’élection générale, un échec du chef dans l’élection partielle du 25 février prochain n’enverrait pas le bon signal, selon des membres du caucus néo-démocrate.

Neuf députés de trois provinces différentes ont affirmé à Radio-Canada et à CBC que M. Singh devra démissionner de son poste s’il n’arrive pas à l’emporter. Un siège aux Communes est nécessaire pour augmenter sa visibilité et mieux se faire connaître des Canadiens, expliquent-ils.

S’il échoue dans un endroit où nous devons obtenir de bons résultats, en Colombie-Britannique et dans la région de Vancouver, je ne vois pas ce qui justifierait de le garder comme chef.

Un député du NPD qui s’exprime sous le couvert de l’anonymat

Si ces neuf élus croient fermement en ses chances de l’emporter, ils ne se font pas d’illusions sur son avenir en cas de défaite. Une position que partage l’ancien directeur national du NPD, Karl Bélanger. Si Jagmeet Singh échoue dans Burnaby-Sud, « il ne sera pas en mesure de rester en poste jusqu'aux élections générales », pense-t-il.

« Ce serait très difficile pour lui de demeurer en poste, parce qu'évidemment, si on ne peut pas gagner dans une élection partielle où l'accent est mis entièrement sur le chef, comment peut-on transporter des résultats positifs dans une élection générale? » demande Karl Bélanger.

Cela dit, M. Bélanger ne doute pas des chances de Jagmeet Singh d’être élu le 25 février, considérant la tradition néo-démocrate de la circonscription.

Un avertissement dès juin 2018

Selon nos informations, un petit groupe de députés a passé son message au chef directement l’été dernier. Lors d’une réunion loin des caméras, en juin, dans un local du sous-sol de l’édifice du Centre, des vétérans de son parti lui ont clairement indiqué que s’il choisissait de se lancer, un échec n’était pas une option dans Burnaby-Sud.

Dès le départ, lorsqu’il songeait à se lancer, nous lui avons dit : “Si tu y vas, c’est le tout pour le tout. Il ne s’agit pas d’espérer gagner. Il le faut. Ton leadership en dépend.” C’était entendu.

Un député du NPD qui s’exprime sous le couvert de l’anonymat

En coulisses, des scénarios sont évoqués pour remplacer Jagmeet Singh s’il quitte son poste. À l’instar du Parti progressiste-conservateur ontarien l’année dernière, le NPD pourrait décider de se lancer rapidement dans une course à la direction avant le scrutin général de l’automne.

L'autre option serait de nommer un chef par intérim. Il devrait être désigné par le caucus et approuvé par le conseil fédéral. Cette personne pourrait mener les troupes lors des prochaines élections fédérales, avec la garantie qu’une course à la direction soit déclenchée par la suite.

Les noms de Guy Caron, leader parlementaire du parti, et du vétéran Nathan Cullen circulent à l'interne.

La réaction de Jagmeet Singh

En entrevue à CBC il y a quelques semaines, M. Singh affirmait son intention de rester, malgré une éventuelle défaite. Aujourd'hui, il refuse de se prononcer.

On devrait se concentrer sur les préoccupations des Canadiens. C'est ce à quoi ils s'attendent de moi. Et c'est ce à quoi je m'attends de toute mon équipe.

Jagmeet Singh, chef du NPD

M. Singh répète qu'il a bon espoir de l'emporter. « Nous allons gagner dans Burnaby-Sud, parce que les gens ont besoin de nous », explique-t-il.

Au total, CBC et Radio-Canada ont contacté plus de la moitié des 40 membres du caucus néo-démocrate. Parmi les députés qui ont répondu, cinq ont refusé de se prononcer sur le scénario hypothétique d’une défaite. Deux membres du caucus ont pour leur part exprimé leur appui total à Jagmeet Singh.

Certains estiment que la décision de rester ou non lui appartient. La tension est palpable dans le caucus, alors que les intentions de vote du NPD stagnent et que les finances du parti sont dans le rouge. Une série de faux pas du chef ces derniers mois semble aussi avoir laissé des traces.

Le député de Belœil-Chambly, Matthew Dubé, est de son côté convaincu que son chef l'emportera. Il espère que cette hypothétique victoire permettra de tourner la page sur une année difficile. « On travaille sur notre offre politique en vue de la campagne cet automne. Je pense que de pouvoir mettre de côté ces discussions internes va faire du bien », explique-t-il.

L’attente est « stressante », a confié un député néo-démocrate à Radio-Canada.

Louis Blouin est correspondant parlementaire à Ottawa. En collaboration avec Hannah Thibedeau de CBC News.

Politique fédérale

Politique