•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario a la plus faible croissance du revenu familial au Canada depuis 2000

Photo d'un homme en complet devant un micro
Le directeur de la responsabilité financière de l'Ontario, Peter Weltman Photo: Radio-Canada / Michel Bolduc
Radio-Canada

Le revenu médian des familles ontariennes a baissé en moyenne de 0,1 % par année de 2000 à 2016, une situation unique au Canada, révèle une étude indépendante du Bureau de la responsabilité financière de l'Ontario (BRF).

Durant la même période, indique le rapport, le revenu médian des ménages augmentait annuellement de près de 0,5 % au Québec et d'environ 1 % à 2 % dans les provinces de l'Ouest, par exemple.

L'Ontario n'est plus la locomotive économique du Canada, commente le directeur du BRF, Peter Weltman.

Ces chiffres illustrent pourquoi nombre d'Ontariens se sentent laissés pour compte.

Peter Weltman, directeur de la responsabilité financière de l'Ontario

Inégalités de revenu

Le rapport ajoute ceci : les Ontariens à faible revenu ont de plus en plus de difficulté à améliorer leur sort, tandis que les mieux nantis sont de plus en plus nombreux à le rester.

Cela dit, M. Weltman ne fait pas de recommandations à l'Assemblée législative et refuse de commenter l'impact possible de l'annulation par le gouvernement de Doug Ford de la hausse d'impôt pour les mieux nantis qui était prévue sous l'ancien gouvernement libéral.

Pour lui, le rapport vise simplement à donner aux parlementaires une base de référence.

Photo d'un rapport blanc et vert intitulé « Le revenu en Ontario »Le rapport du Bureau de la responsabilité financière conclut que l'inégalité salariale est devenue « statique » en Ontario. Photo : Radio-Canada / Michel Bolduc

Selon le rapport, deux facteurs principaux expliquent la croissance plus faible en Ontario de 2000 à 2016 :

  • l'envolée du huard dans les années 2000, qui a nui aux exportations ontariennes;
  • la récession de 2008, qui a ravagé le secteur manufacturier de l'Ontario.

À ces problématiques s'ajoute entre autres une proportion accrue d'emplois à temps partiel ou temporaires.

Cela dit, même si le revenu médian des familles a crû moins rapidement en Ontario que dans les autres provinces depuis 2000, comme il était plus élevé au départ, l'Ontario se classe toujours au troisième rang au pays à ce chapitre.

Par ailleurs, note l'étude, le système d'impôts et les programmes sociaux des gouvernements provincial et fédéral ont limité l'inégalité des revenus.

L'opposition attaque Doug Ford

La députée libérale Mitzie Hunter défend le bilan des anciens gouvernements libéraux de Dalton McGuinty et de Kathleen Wynne, affirmant qu'ils ont fait des investissements majeurs en éducation et dans les programmes sociaux, après les compressions de Mike Harris.

Mme Hunter décoche une flèche à l'endroit du nouveau gouvernement conservateur. C'est décevant de voir que sous le gouvernement Ford, la hausse prévue [sous l'ancien gouvernement libéral] du salaire minimum le 1er janvier a été annulée, dit-elle. Sans parler de l'annulation du projet pilote sur le revenu minimum garanti.

Mme Hunter dénonce aussi les coupes du gouvernement Ford dans l'aide étudiante et les consultations menées par la province au sujet de la taille des classes et la maternelle à temps plein avec des restrictions budgétaires en toile de fond. Ce serait une grosse erreur de la part du gouvernement de démanteler le programme [de maternelle 4 ans], dit-elle.

Le gouvernement Ford a dit dans le passé qu'il devait mettre de l'ordre dans les finances publiques après avoir hérité des libéraux d'un déficit que les conservateurs chiffrent à près de 15 milliards de dollars.

Emploi

Économie