•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immigration : le système « premier arrivé, premier servi » de la réunification familiale critiqué

Une femme musulmane enlace son père dans un aéroport.

De nombreux demandeurs de parrainage sont sortis frustrés du nouveau processus de sélection.

Photo : Getty Images / Scott Olson

Radio-Canada

Les 27 000 demandes de réunification familiale au Canada pour l'année 2019 ont été remplies en seulement huit minutes lundi sur le site d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Le système qui permet, une fois par année, aux familles immigrantes de parrainer leurs parents ou grands-parents, est critiqué par un habitant de Matane.

Lundi dernier, Yann Gonthier s'est rendu sur le site web d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada pour remplir une demande de réunification familiale afin de faire venir ses parents au Québec.

Le lien vers le formulaire n'était disponible qu'à partir de midi, et c'est bien écrit qu'il faut une dizaine de minutes pour le remplir, donc je m'étais préparé, tous les documents étaient prêts, précise l'habitant de Matane originaire de l'île de La Réunion.

Malgré sa préparation, à 12 h 07, lorsqu'il tente de soumettre sa demande de parrainage, il reçoit un message lui disant que le nombre maximal de demandes pour l'année avait déjà été atteint.

J'ai eu la brillante idée de remplir le formulaire en direct avec mes parents... donc ils l'ont appris tout de suite, regrette le Réunionnais.

Je trouve que le système manque de critères de sélection. Qui a pu remplir le formulaire en cinq minutes?

Yann Gonthier, habitant de Matane

Yann Gonthier est loin d'être seul dans cette situation. Lundi, les réseaux sociaux du ministère se sont rapidement enflammés.

C'était une dégringolade de commentaires, c'était horrible de voir la tristesse dans les commentaires des gens, observe-t-il.

Il sourit à la caméra. Derrière lui, on aperçoit un cours d'eau et des montagnes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Yann Gonthier vit à Matane depuis plus de 12 ans.

Photo : Facebook / Yann Gonthier

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada dit comprendre la déception des familles qui n'ont pas pu soumettre de demande. Le ministère souligne toutefois que plus de 100 000 personnes ont accédé au formulaire lundi midi.

Il est important de noter que le ministère a effectué des tests approfondis pour s'assurer que les systèmes étaient capables de gérer le volume. En outre, IRCC a également mis en œuvre des fonctionnalités antibot [surveillance du comportement dommageable des applications, NDLR] afin de garantir la légitimité des soumissions reçues, a ajouté la porte-parole Béatrice Fénelon par courriel.

Une année de préparation en vain

Établi à Matane depuis plus de 12 ans, le Réunionnais envisage depuis plusieurs années de parrainer ses parents, mais c'est depuis que ses sœurs l'ont rejoint au Québec l'année dernière qu'il a entrepris les démarches plus sérieusement.

Ça fait longtemps qu'on y pense, mais remplir toute la documentation tout seul, je trouvais ça lourd. Maintenant que mes deux sœurs sont ici, on a ramassé les informations ensemble. Mes parents sont tout seuls sur l'île de la Réunion, moi j'ai deux enfants ici, j'ai eu mon troisième il n'y a pas longtemps, les voir à distance comme ça, ça fait mal, soupire-t-il.

Ça aurait été un beau cadeau, cette année, de leur offrir de vivre avec leurs petits-enfants.

Yann Gonthier, habitant de Matane

Yann Gonthier ne pourra pas tenter sa chance avant l'année prochaine, du moins avec cette procédure. Il existe d'autres programmes, mais pour l'instant ça va être à reconsidérer, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !