•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé en Ontario : un premier rapport qui ouvre la porte à une réorganisation du système

Quatre infirmières dans un corridor d'hôpital.
Ajouter des lits ne suffit pas, selon le rapport. Photo: iStock / Photographerlondon
Eve Caron

Le groupe de médecins chargé de conseiller le gouvernement de Doug Ford en matière de santé ouvre la voie à une réorganisation du système de santé en Ontario. Le Conseil du premier ministre pour l'amélioration des soins de santé et l'élimination de la médecine de couloir, présidé par le Dr Rueben Devlin, a déposé son premier rapport qui se veut un état des lieux.

Salles d’urgence encombrées, changements démographiques, vieillissement de la population : le rapport du Conseil fait état de nombreuses pressions sur le système de la santé de l’Ontario.

Intitulé Soins de santé de couloir : un système sous tension, le document d’une vingtaine de pages souligne que le nombre de visites et le temps d’attente moyen ont augmenté au cours des six dernières années dans les salles d’urgence de la province.

Il constate aussi que plus d’Ontariens ont besoin de soins de santé mentale et que les soins dont les résidents de foyers de soins de longue durée ont besoin sont plus complexes.

Selon le Conseil, le système actuel ne fonctionne pas toujours de manière efficace.

Une coordination plus efficace doit être mise en place tant au niveau du système que de celui des points d’intervention.

Une femme habillée avec un sarrau blanc marche dans un corridor d'hôpital où l'on voit une civière. Le nombre de visites aux urgences et le temps d’attente moyen ont augmenté. Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

L’une des causes citées dans le rapport pour ces problèmes est la décentralisation du système, qui est divisé, peut-on lire, en 21 organismes gouvernementaux.

Ces organismes ne sont pas toujours en harmonie et la supervision stratégique visant à garantir une utilisation efficace et coordonnée des ressources est limitée.

Le rapport souligne aussi à deux reprises que le fait de rajouter simplement des lits au système ne résoudra pas le problème des soins de santé de couloir.

Plus tôt en janvier, CBC révélait que le gouvernement songeait à remplacer les 14 Réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS) par 5 grandes entités, ou même à les éliminer.

Le gouvernement avait alors déclaré qu’il se penchait sur une transformation du système de santé.

Quant aux francophones, le Conseil dit qu’il tiendra compte des besoins de soins particuliers et des différences culturelles de ceux-ci, sans donner plus de détails.

À la veille du dévoilement du rapport, la ministre de la Santé et des Soins de longue durée, Christine Elliott, disait que le Dr Devlin présente des réflexions très utiles, sans vouloir commenter davantage.

Le Conseil promet d’autres rapports qui se pencheront sur des suggestions de solutions plus concrètes.

Dès son arrivée au pouvoir, Doug Ford a nommé le Dr Rueben Devlin conseiller spécial en matière de santé. Ce dernier a formé un comité de 13 membres issus du milieu de la santé ainsi que du milieu universitaire pour se pencher sur l’amélioration des soins de santé et l’élimination de la médecine de couloir.

Politique provinciale

Santé