•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pénurie d’enseignants au secondaire guette le Saguenay-Lac-Saint-Jean

Étudiants de dos dans une salle de classe devant un professeur.

L'UQAC peine à recruter des étudiants en enseignement au secondaire.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre de futurs diplômés ne cesse de chuter au Québec et le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'échappe pas à la tendance.

À l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), seulement une dizaine d’étudiants ont obtenu un diplôme l’an dernier. Si l’on compare avec le début des années 2000, il s’agit d’une diminution de 80 %.

« C’est très inquiétant pour les enseignants qui restent et pour l'épuisement professionnel. On pense aussi aux enfants qui sont nombreux dans les écoles primaires à arriver au secondaire. Il va y avoir plus d'étudiants dans les classes. La tâche va être encore plus lourde », s’inquiète Sandra Coulombe, directrice du module d'enseignement secondaire et professionnel de l'UQAC.

Enseignante debout en entrevue au micro. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sandra Coulombe est directrice du module d'enseignement secondaire et professionnel de l'UQAC.

Photo : Radio-Canada

Profession dévalorisée

Étudiante de 3e année au baccalauréat en enseignement du secondaire, Audrey-Maude Lavoie n'est pas surprise de voir que les jeunes boudent la profession, qui est dévalorisée selon elle.

Il y a de moins en moins d'étudiants, il y en a beaucoup aussi qui partent au fur et à mesure, quand on a les premiers stages. Il y en a qui découvrent peut-être que ce n'est pas la voie qu’ils avaient espérée.

Une citation de : Audrey-Maude Lavoie, étudiante et présidente de l'Association des étudiants en enseignement secondaire de l'UQAC

De son côté, le milieu syndical est inquiet, particulièrement en matière de relève.

« Le travail est devenu très complexe parce qu’il y a eu beaucoup d'élèves en difficulté qui sont entrés dans les classes régulières. C'est pour ça qu'on a vu la prolifération de projets de toutes sortes. La classe régulière reste l'enfant pauvre », croit la présidente du Syndicat de l’enseignement du Saguenay, Aline Beaudoin.

Le milieu universitaire est en mode solution pour attirer plus d’étudiants. Le ministère de l'Éducation du Québec prévoit que 65 000 élèves supplémentaires fréquenteront les écoles secondaires de la province dans 10 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !