•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Logements insalubres à Cat Lake : « une honte nationale », selon un député fédéral

Une pancarte indiquant le nom et l'emplacement de la Première Nation de Cat Lake
Le village de la Première Nation de Cat Lake est situé à 600 km au nord de Thunder Bay. Photo: avec la permission de Firstnation.ca
Radio-Canada

Des représentants du ministère des Services aux Autochtones ont visité mercredi le village de la Première Nation de Cat Lake afin d'établir un plan d'action concernant l'insalubrité de la majorité des maisons de la communauté, ce qui n'est pas suffisant, selon Charlie Angus, le député néo-démocrate fédéral de Timmins–Baie James.

L’état d’urgence a été décrété dans cette communauté autochtone du Nord-Ouest de l’Ontario, où au moins les trois quarts des maisons doivent être démolies en raison d'infiltrations d'eau et de moisissures.

Nous avons une crise humanitaire à Cat Lake et le ministre [des Services aux Autochtones] n’a rien fait. C’est ce que nous a dit la communauté, a affirmé M. Angus lors de la période de questions à Ottawa mercredi.

Il faut être déconnecté de la réalité pour prétendre avoir fait des progrès énormes. C’est comme un ouragan Katrina au ralenti, à -50 degrés.

Charlie Angus, député fédéral de Timmins–Baie James

Le député nord-ontarien a demandé au premier ministre Justin Trudeau de rencontrer en personne les dirigeants de la communauté et d’admettre que la crise est une honte nationale.

Le premier ministre a rétorqué que contrairement à ce que le député avance, il y a eu des progrès significatifs dans la communauté. Nous avons levé un avis concernant l’eau en décembre.

Nous savons qu’il y a beaucoup plus à faire, et c’est pourquoi nous sommes engagés à régler les problèmes de la communauté en partenariat, ensemble.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

En réaction, M. Angus a alors affirmé que le premier ministre se pète les bretelles et que Cat Lake n’est que la pointe de l’iceberg. Il y a des communautés partout au pays qui sont aux prises avec des problèmes de moisissures.

Selon un porte-parole du ministère des Services aux Autochtones, un compte rendu de la rencontre de mercredi à Cat Lake sera publié sous peu.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Autochtones