•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caucus de la CAQ à Gatineau : des propriétaires d'armes à feu manifestent contre le registre

Des manifestants tiennent des affiches sur lesqelles on peut lire « Tous contre le registre » et « Non au registre. Oui aux soins de santé mentale ».

Selon le Service de police de la Ville de Gatineau, environ 200 personnes ont pris part à la manifestation.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Radio-Canada

Des manifestants ont profité de la tenue du caucus de la Coalition avenir Québec (CAQ) à Gatineau pour exprimer, mercredi, leur mécontentement face au registre québécois des armes à feu.

Selon le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), entre 175 et 200 personnes ont pris part au rassemblement pacifique devant l'hôtel Hilton Lac-Leamy, où sont réunis les élus de la CAQ. Des résidents de Montréal, des Laurentides et de l'Est-du-Québec sont parmi ceux qui se sont déplacés pour se faire entendre.

L'un des coorganisateurs de la manifestation, Daniel Larocque, a affirmé que le registre est inefficace et que les 7,2 millions de dollars dépensés par Québec jusqu'à maintenant pour l'enregistrement des armes d'épaule ne protégeront pas les citoyens.

Nous, les chasseurs, on croit sincèrement que cette dépense n'est pas mise à la bonne place, a-t-il fait valoir. Elle est inutile, ça n'aidera pas la cause à la violence et au potentiel criminel.

Certains des manifestants tenaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire des messages tels que Non au registre. Oui aux soins de santé mentale et Tous contre le registre.

M. Larocque et ses coorganisateurs demandent une rencontre avec un représentant du gouvernement pour discuter de leur point de vue. Ils veulent que les troupes caquistes annulent la création du registre.

Daniel Larocque devant un magasin d'armes à feu.

Daniel Larocque, coorganisateur de la manifestation contre le registre québécois des armes à feu croit qu'il est injuste que la loi soit différente d'une province à l'autre.

Photo : Radio-Canada

Legault invite les chasseurs à s'enregistrer

Les propriétaires d'armes à feu avaient jusqu'au mardi 29 janvier pour s'enregistrer gratuitement. Les contrevenants s'exposent à des amendes de 500 $ à 5000 $ s'ils se font prendre avec une arme qui ne figure pas au registre.

Une majorité d'armes ne seraient pas encore enregistrées, d'après les plus récentes estimations. Selon une relationniste du ministère de la Sécurité publique, 386 253 armes avaient été immatriculées au Québec en date de mardi. Or, le nombre d'armes à feu sans restriction dans la province est évalué à environ 1,7 million.

En journée mercredi, avant la manifestation, le premier ministre François Legault a dit qu'il ne fera pas marche arrière. Il a personnellement invité les chasseurs à enregistrer leurs armes, tout en rappelant que la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, a annoncé certains compromis.

Cette dernière a notamment fait savoir, la semaine dernière, que son gouvernement entend modifier la Loi sur l'immatriculation des armes à feu pour éliminer certains « irritants », comme l'obligation pour les propriétaires de mesure le canon de leurs armes.

J'invite tout le monde à s'inscrire. Ça ne fait pas mal, ça ne coûte rien.

François Legault, premier ministre du Québec

Il y a beaucoup de gens, je ne sais pas pour quelle raison, qui ont pensé qu'on reculerait, a-t-il lancé. Geneviève a fait certains compromis, qui sont nouveaux, mais quelqu'un qui se fait prendre avec une arme qui n'est pas enregistrée va avoir une pénalité.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale