•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

19 propriétés de Matane-sur-Mer toujours menacées de démolition

Une maison prenait place ici mais elle a été détruite pour des raisons de sécurité.
Une maison prenait place ici mais elle a été détruite pour des raisons de sécurité. Photo: Radio-Canada
Joane Bérubé

Parmi les 25 dossiers soumis à la Direction de la sécurité publique par la Ville de Matane à la suite des grandes marées du 5 janvier 2018, six résidences de Matane-sur-Mer ont été reconnues comme menacées par la submersion. Dix-neuf autres dossiers sont toujours à l'étude.

Le cas des 19 dossiers en attente sera vraisemblablement tranché au cours des prochains mois.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, s’attend à ce que la majorité de ces propriétés soient reconnues en imminence de danger. Elles seraient alors déplacées ou démolies. Le maire précise toutefois que plusieurs de ces résidences avaient été sérieusement endommagées lors de la tempête.

Jérôme Landry souligne qu’il ne s’agit pas de propriétés menacées par l’érosion, mais de résidences qui ont été inondées ou abîmées par des projections de glaces et de pierres générées par les vagues.

Cette maison de Matane-sur-Mer a subi des dommages importants.Cette maison de Matane-sur-Mer avait subi des dommages importants. Photo : Radio-Canada

Des demandes d’avis technique ont d’ailleurs été effectuées au ministère des Transports (MTQ) par la Sécurité publique afin de connaitre le niveau de danger lié à la submersion côtière et à la projection des débris.

Les services d’un ingénieur en hydraulique du ministère des Transports ont été requis pour analyser la majorité des dossiers soumis, l’an dernier, par la Ville.

Terrains cédés à la Ville

Jusqu’à maintenant, selon le maire Landry, quatre propriétaires ont signé des ententes avec la Sécurité publique.

Les maisons ont été détruites et les terrains cédés à la Ville de Matane. Les propriétaires concernés ont pu se prévaloir du Programme d’aide financière spécifique relatif aux inondations et à une tempête de neige survenues du 4 au 6 janvier 2018.

Des rencontres ont eu lieu entre la Sécurité publique et d'autres propriétaires en décembre dernier.

La Ville de Matane a ainsi accepté, lors de sa dernière rencontre, que lui soient cédés deux terrains supplémentaires lorsque les résidences auront été déplacées ou démolies.

La propriété devra aussi être protégée avant la prise de possession par la municipalité. Donc, il va y avoir un mur de protection ou une installation quelconque qui fait en sorte que les citoyens n’auront pas à débourser pour protéger le terrain nouvellement acquis , explique Jérôme Landry.

Il ne sera plus possible de construire sur aucun de ces lots.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Incidents et catastrophes naturelles