•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exposition photo sur les Premières Nations au sommet de la Tour CN à Toronto

Une série de portraits présentant des Autochtones en habits traditionnels.
L'exposition « Regalia » est présentée en hommage aux Premières Nations. Photo: Radio-Canada / Aminata Yade
Aminata Yade

Les Premières Nations sont mises à l'honneur jusqu'au 31 mars à la Tour CN. L'exposition Regalia raconte en photo l'histoire des pow-wow, ces manifestations festives pendant lesquelles les Autochtones dansent pour rendre hommage à leurs ancêtres.

Ce sont des cultures qui m’ont toujours fasciné, explique le photographe Roland Lorente.

En 1996, Roland Lorente quitte la France pour s'installer au Québec.

Il découvre l’histoire des Premières Nations« : J'ai vu des photos de presse, qui représentaient des Autochtones de Kahnawake en tenues traditionnelles avant d'ajouter que c'est ce qui lui a donné envie d’en savoir plus sur leur histoire et leurs traditions.

Une photo d'un Autochtone lors d'une cérémonie pow-wow où les communautés se retrouvent pour honorer la mémoire de leurs ancêtres et remercier la vie.« Les pow-wow sont ouverts à toutes les cultures », affirme le danseur autochtone Jeffrey Papatie. Photo : Radio-Canada / Roland Lorente

Écoutez le reportage et l'entrevue de Mimi O'bonsawin qui visite l'exposition Régalia - Émission Y a pas deux matins pareils du 7 février 2019.

Pendant cinq ans, il développe son projet sur les pow-wow, ces fêtes pendant lesquelles les familles se rassemblent autour de repas, dansent et chantent à la mémoire de leurs ancêtres et en l'honneur de leur culture.

Sur ses photos, Roland Lorente raconte avoir capté des instants précieux où les Autochtones se reconnectent avec les anciens et la spiritualité.

Les pow-wow se présentent sous deux formes : traditionnelle et de compétition. À l’occasion de ces fêtes, des prix sont décernés aux danseurs et aux musiciens.

Plusieurs catégories de danses en fonction du style et de l'âge des participants

  • Traditionnelle homme/femme
  • Fantaisie, qui se danse avec des clochettes
  • Papillon, où les femmes dansent avec un châle et les hommes avec des plumes

Ce que nous voulions mettre en avant, c’était surtout la diversité des cultures des Premières Nations.

Roland Lorente, photographe

Les regalia

Quand ils se rassemblent, les Autochtones arborent des tenues propres à leur culture : médaillons perlés, plumes sur les chapeaux décorés de motifs traditionnels, mocassins, colliers et bracelets en os ou ornés de griffes d’ours.

Selon Roland Lorente, le vêtement est le reflet de l'identité des Autochtones.

Le terme regalia symbolise le caractère cérémonial du vêtement et des accessoires.

Le regalia a surtout un caractère sacré, car il rappelle son appartenance à la communauté des Premières Nations.

Des portraits présentant des Autochtones en costumes traditionnels.« J'ai voulu montrer la diversité culturelle des Premières Nations », dit Roland Lorente, après avoir passé cinq ans auprès de diverses communautés autochtones. Photo : Radio-Canada / Aminata Yade

Assister à un pow-wow pour ressentir l’énergie des participants

Roland Lorente et sa collaboratrice Aline Saffore ont parcouru divers territoires de l’Est canadien pour rencontrer des nations autochtones : On a voulu montrer des hommes, des femmes et des enfants, [ceux-ci] pour montrer que c’est la relève.

Le projet a mûri en 2008 par l’élaboration de maquettes et s’est terminé par les différentes prises de vue, faites au cœur des communautés autochtones.

Dans son immersion, Roland Lorente a rencontré des Inuits, des Mohawks, des Attikameks, des Ojibwés et des Micmacs.

On a donné la parole aux danseurs parce que notre but était de comprendre pourquoi ils dansaient encore au 21e siècle, dit-il.

Aujourd'hui, son exposition réunit 30 photos, toutes imprimées sur des toiles fines pour donner l’illusion d’un dessin.

Une exposition en hauteur

Pour la direction de la Tour CN, il s'agit d'une très belle occasion de se rapprocher de la culture des Premières Nations.

Les Premières Nations sont une partie importante de l'histoire du Canada.

Candice Cuadrado, associée de marketing à la Tour CN

Les traditions ne se perdent pas et on veut contribuer à les conserver, dit l'associée de marketing à la Tour CN, Candice Cuadrado.

Elle explique que c’est la première fois que la Tour CN de Toronto présente une exposition culturelle dans son observatoire principal : On veut aussi montrer le contraste entre la modernité et la tradition.

Une personne observe Toronto à partir de l'observatoire principal de la Tour CN.La direction de la Tour CN souhaite proposer plus d’événements culturels pour attirer plus de visiteurs. Photo : Radio-Canada / Aminata Yade

Mme Cuadrado assure que la direction de la Tour CN veut renforcer ses liens avec les Canadiens, les Ontariens et les Torontois.

L'accès à l'exposition est compris avec le prix du billet d'entrée.

Selon elle, 1500 billets ont déjà été vendus.

Mme Cuadrado est convaincue que de nouveaux projets culturels permettront à la Tour CN de se renouveler et d'attirer plus de visiteurs : On veut que les gens reviennent et voient quelque chose de différent chaque fois, conclut Candice Cuadrado.

L'exposition Regalia a déjà été présentée 38 fois au Canada. Elle est proposée au public jusqu'au 31 mars 2019 avant de mettre le cap sur la France.

Arts visuels

Arts