•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vapotage favoriserait les infections fongiques de la bouche

Un homme utilise une cigarette électronique.

Un homme utilise une cigarette électronique.

Photo : La Presse canadienne / Nam Y. Huh

Maxime Corneau

L'inhalation de la vapeur produite par une cigarette électronique favoriserait la prolifération d'un champignon, le Candida albicans, responsable d'infections de la bouche, comme le muguet buccal.

Ce sont du moins les conclusions d'une étude menée en laboratoire et publiée par l’équipe du Dr Mahmoud Rouabhia de la Faculté de médecine dentaire de l’Université Laval.

Les chercheurs ont exposé des champignons ou des levures causant le muguet, naturellement présents dans la bouche de près de 60 % de la population, à la vapeur de cigarette électronique.

La conclusion de l’étude est claire : après le contact avec de la vapeur contenant de la nicotine, le taux de croissance des levures est deux fois plus élevé que celui des levures non exposées.

Le taux de croissance est par ailleurs 50 % plus élevé pour des levures soumises à la vapeur sans nicotine, comparativement aux levures non exposées.

« Les arômes [contenus dans le vapotage] contiennent aussi des sucres et les sucres peuvent aider les bactéries et les levures à se multiplier », explique le chercheur.

On réalise que cette levure-là tire avantage de cette vapeur et se multiplie.

Le Dr Mahmoud Rouabhia de la Faculté de médecine dentaire de l'Université Laval
Mahmoud Rouabhia de la Faculté de médecine dentaire

Mahmoud Rouabhia de la Faculté de médecine dentaire

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Microbiote buccal

Le chercheur souligne que plusieurs levures et bactéries vivent naturellement dans la bouche des humains, ce qui forme le microbiote buccal.

Or, la vapeur de cigarette électronique stimulerait, selon l'étude, leur multiplication au-delà des paramètres normaux. « Ces levures et bactéries sont en attente des conditions idéales pour se développer », dit-il.

Cette multiplication des levures pourrait favoriser le développement symptômes de muguet.

Les chercheurs ont par contre mené leurs expérimentations en laboratoire, et non pas dans des bouches humaines, ce qui les empêche de mesurer les risques de développer l'infection.

Plusieurs recherches à son actif

L’équipe du Dr Rouabhia a produit plusieurs études sur les effets du vapotage sur la santé buccale. Elles ont notamment montré un effet négatif du vapotage sur la santé des gencives et des cellules de la bouche.

Le chercheur estime par contre que le vapotage est un meilleur choix comparativement à la cigarette traditionnelle.

« La cigarette électronique est moins dommageable que la cigarette standard, ça c’est clair », lance-t-il, précisant du même souffle qu’elle n’est pas inoffensive et que l’on doit continuer d’en étudier l’effet sur la santé.

Les résultats de sa dernière recherche démontrent aussi que la cigarette a un impact encore plus important sur le développement des levures que la vapeur de cigarette électronique.

Pour réaliser cette étude, l'équipe a placé des cultures de champignon dans un dispositif simulant les conditions buccales d'une personne s'adonnant à deux séances de 15 minutes de vapotage quotidiennes. Les taux de croissance ont été observés après deux jours, selon le chercheur.

Le muguet est une infection fongique de la bouche pouvant provoquer notamment l'apparition de plaques blanchâtres à l'intérieur de la bouche ou de fissures sur la peau à la commissure des lèvres parfois douloureuses.

Santé publique

Santé