•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Deux chimpanzés sont en train de manger des herbes.

Le 1er février 1999 des scientifiques confirment que le sida a tout d'abord été transmis par des chimpanzés à des humains.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 20 ans était dévoilée une découverte primordiale dans la connaissance du sida. Radio-Canada a couvert et expliqué cette découverte ce jour-là.

Pour la première fois, on a une preuve effectivement que le virus du sida a été transmis à la population humaine par les chimpanzés.

Docteur Mark Wainberg, président de l’Association mondiale sur le sida

Découverte fondamentale

On jubilait le 1er février 1999 à la conférence américaine de rétrovirologie tenue cette année-là à Chicago.

Il y avait de quoi. Un pas important dans la compréhension du sida (syndrome d’immunodéficience acquise) avait été franchi par une équipe de chercheurs.

Le Midi, 1er février 1999

L’animateur de l'émission Le Midi Pierre Craig le 1er février 1999 le confirme.

Une équipe de chercheurs a démontré que c’étaient des chimpanzés provenant de l’Afrique de l’Ouest qui, les premiers, avaient transmis le virus du sida à des humains.

Pierre Craig interviewe le docteur Mark Wainberg du centre sida-McGill de Montréal sur la portée de la découverte. Le médecin la croit fondamentale.

C’est d’autant plus vrai qu’on a aussi constaté que les chimpanzés ne développaient pas la maladie.

Y a-t-il dans le système immunitaire de ces primates « quelque chose » qui neutralise le virus? Ce « quelque chose », s’il est identifié, peut-il mener à des thérapies qui combattent le virus chez l’espèce humaine?

La découverte annoncée à Chicago suscite beaucoup d’espoir dans la communauté scientifique.

Des progrès dans les thérapies

Par ailleurs, le docteur Wainberg souligne les progrès effectués dans les thérapies utilisées contre le sida

Il parle notamment de l’apparition de nouveaux médicaments qui ont l’avantage de réduire les effets secondaires des « cocktails » de médicaments prescrits aux malades.

Cette réduction des effets secondaires devrait encourager les patients à prendre leurs médicaments.

En 2011 un infectiologue de l'Université de Sherbrooke, le docteur Jacques Pépin, a publié un livre, The Origins of AIDS, publié aux Presses de l'Université de Cambridge.

Le livre remonte dans le temps et examine les conditions historiques qui ont permis au sida d'évoluer en une épidémie puis une pandémie.

Radio-Canada a reconnu le travail du docteur Pépin en lui décernant le titre de Scientifique de l'Année 2011. Découverte lui a consacré un long reportage le 29 janvier 2012.

Selon les dernières statistiques publiées par ONUSIDA en 2018, environ 36,9 millions de personnes à travers le monde vivaient avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) qui peut causer le sida.

Encore plus de nos archives

Archives

Santé