•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le (grand) retour de Marc-André Coallier dans votre écran

Marc-André est souriant, il porte la barbe et une chemise à motif de raquettes
Marc-André Coallier lors de son passage sur le plateau de l'émission Les échangistes Photo: Radio-Canada / Amélie Grenier
Angie Landry

Ça fera près de 20 ans qu'on aura vu la bouille de Marc-André Coallier dans un rôle principal d'une émission de fiction, et son retour, avec l'arrivée de la websérie Germain s'éteint, sur ICI Tou.tv, fait solidement rougir le téléphone du roi du Club des 100 watts.

« Les gens sont tous excités parce qu’ils se disent : "Eille, on va te voir dans une émission!" Oui, mais ça fait 20 ans que je n’arrête pas! », lance d’emblée le comédien, qui concède ne pas avoir incarné un rôle de premier plan à la télévision depuis le début des années 2000.

Il faut tout de même dire que Marc-André Coallier n'était pas tout à fait exclu du paysage artistique québécois. Depuis près de deux décennies, ce dernier roule plutôt à 100 km/h entre ses rôles de producteur et d’acteur, tant à la télévision qu’au théâtre. Il est d’ailleurs propriétaire du plus vieux théâtre d’été au Québec, le théâtre de La Marjolaine, situé à Eastman, en Estrie.

Il est toutefois vrai que le moment est propice aux réjouissances pour le principal intéressé : la diffusion de la série Germain s’éteint concorde d’abord avec le 50e anniversaire de Télé-Québec, qu’on célèbre tout au long de l'année 2019, mais aussi avec le 30e de l’émission jeunesse qui a marqué à l’encre indélébile le début des années 90 au Québec Le club des 100 watts.

Marc-André Coallier admet que tout compte fait, la nostalgie et la nouveauté mises ensemble créent le parfait mélange pour s’enthousiasmer.

Mais dans le fond, moi, je ne me suis pas ennuyé!, dit-il, moqueur.

C’est peut-être un peu ça l’affaire : je remarque que les gens se sont peut-être ennuyés de moi.

Marc-André Coallier

On est toujours fébrile de la nouveauté, admet-il, visiblement flatté par l’engouement que suscite son retour à la télé.

Germain s’éteint, une métaphore de l’air du temps

C’est une participation pro bono à un court métrage étudiant, il y a environ deux ans, qui a ouvert la voie à Marc-André Coallier pour s’approprier le rôle de Germain.

Après avoir fait le court métrage, on s’est aperçus qu’il y avait encore de la viande, que le sujet était le fun, et qu’on pouvait peut-être avantage le développer.

Marc-André Coallier
L'homme semble inquiet.Le comédien Marc-André Coallier dans la série web Germain s'éteint Photo : Dan & Pag

Germain s’éteint, c’est une quête d’identité tissée dans une métaphore de notre époque.

Confronté à sa propre décrépitude, Germain doit être inventif pour reconquérir l’amour de sa fille, Magalie.

Germain s’aperçoit que tout flanche autour de lui. Pas juste dans sa vie personnelle, mais aussi son rapport avec les technologies. Chaque fois qu’il s’approche de quelque chose d’électronique – des portes automatiques d’un hôpital, des ascenseurs, les machines distributrices, des cellulaires –, ça ne marche pas, soutient l’acteur.

Diagnostic : Germain est atteint d’obsolescence programmée.

Symptôme de notre époque? Marc-André Coallier y croit, mais estime aussi que le lien avec sa présence dans l’environnement télévisuel est d’autant plus fort.

Le fait qu’on ne m’ait pas vu jouer un premier rôle dramatique depuis 15 ou 20 ans, dans une télévision, un écran de cinéma ou une quelconque plateforme web, est-ce que je n'étais pas, moi aussi, obsolète?

Marc-André Coallier

J’étais peut-être rendu obsolète, oui. Un peu comme Germain!, ajoute-t-il.

Les six (courts) épisodes de la première saison de Germain s’éteint, mettant en vedette Marc-André Coallier, Alexis Martin, Sandra Dumaresq, Marguerite D’Amour, Nathalie Mallette et LeLouis Courchesne, sont sur ICI Tou.tv dès aujourd'hui.

Séries télé

Arts