•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le savoir-faire de l'UQAR dans l'accueil et l'intégration des étudiants étrangers

Jean-Pierre Ouellet, recteur de l'UQAR et Jean-François Ouellet, directeur du service aux étudiants

Photo : Jean-Pierre Pérouma

Jean-Pierre Perouma

Depuis 50 ans, l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) a développé une expertise dans l'accueil des étudiants internationaux. Aujourd'hui, ces étudiants internationaux représentent le quart des étudiants inscrits à temps complet au campus de Rimouski, soit 400 personnes. Jean-Pierre Ouellet, recteur de l'UQAR, et Jean-François Ouellet, directeur des Services aux étudiants (SAE), livrent les clés d'une intégration réussie.

L’intérêt commun de l’UQAR et des étudiants est la réussite scolaire.

L’objectif de tout le monde, c’est de prendre des individus et de les diplômer.

Jean-François Ouellet, directeur du Service aux étudiants

Pour atteindre cet objectif commun, l’UQAR et le Service aux étudiants (SAE) se sont dotés d’une « trousse à outils » individualisés. Les services sont aussi offerts dans le domaine non académique.


L’accueil des étudiants est individualisé et ils peuvent bénéficier d’un programme de jumelage. Cela leur permet de se familiariser avec la ville et de comprendre une partie de la culture académique et québécoise. Cela est particulièrement utile dans les premiers mois suivant l’arrivée.

La première session est toujours un peu difficile sur le plan des résultats académiques.

Jean-Pierre Ouellet, recteur de l’UQAR

Le SAE offre aussi du soutien dans les démarches administratives qui peuvent être nombreuses (assurance maladie, permis d’études, inscription, etc.). Les étudiants peuvent également bénéficier d’aides financières.


Ainsi, les étudiants trouvent un interlocuteur professionnel qui peut accueillir, entendre et comprendre les difficultés et apporter une aide humaine, technique ou financière.
Il existe aussi des aides à la réussite scolaire. Cela comprend des aides-académiques (personnel formé pour accompagner les personnes ayant des besoins particuliers), le support psychosocial, mais aussi le Centre d’aide à la réussite.

Ce service offre un accompagnement dans la réalisation des travaux universitaires (normes de rédaction, orthographe, grammaire, etc.).

Comme le souligne Jean-François Ouellet, directeur du SAE,on prend tous les aspects de la vie de l’individu et on tente de faire en sorte qu’il soit le plus rimouskois possible et rapidement. C’est ce qui permet la réussite et l’intégration.

Quand l'intégration favorise l'attraction

Ce savoir-faire dans l’accueil et l’intégration permet à l’UQAR d’être une université de choix et recommandée par nombre de ces anciens étudiants internationaux auprès de leurs pairs.
Comme le souligne le recteur de l’UQAR, Jean-Pierre Ouellet
les étudiants qui ont fait le choix de venir à l’UQAR ont apprécié l’environnement, ils ont apprécié la qualité de la formation. Cela transcende la qualité des rapports humains qu’on peut vivre dans une université comme la nôtre.

Les clés nécessaires à l'accueil et à l'intégration sont déterminées ainsi :

  • Accueil individualisé
  • Comprendre les besoins des personnes
  • Définir un objectif commun
  • Pouvoir répondre aux besoins premiers
  • Créer du lien entre les personnes via le jumelage
  • Prendre le temps et la mesure des défis

Pour tout étudiant étranger […] il y a une adaptation, c’est une nouvelle culture, c’est un nouvel environnement.

Jean-Pierre Ouellet, recteur de l’UQAR.

C'est l’addition et le dosage de toutes ces clés qui permet de réduire le choc culturel.

Le choc culturel, c’est la distance qui existe entre la culture d’origine d’une personne et la culture du pays d’accueil. Pour les étudiants, il s’agit également de s’acclimater à une nouvelle culture académique. Par exemple, l’organisation des sessions, le choix des cours, la communication avec les professeurs, les travaux de groupe, etc. Autant d’éléments qui n’existent pas forcément sous cette forme dans leurs parcours scolaires d’origine.

Bas-Saint-Laurent

Éducation