•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déneigement : passe d'armes entre Valérie Plante et les arrondissements de l'opposition

Le croque-glace : un cylindre denté poussé par un tracteur

Un « croque-glace » en action dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Au moment où reprennent les opérations de chargement de la neige à Montréal, l'opposition à l'Hôtel de Ville s'étonne du ton particulièrement ferme utilisé par la mairesse Valérie Plante dans une lettre envoyée mardi aux arrondissements, dans laquelle elle fait part de ses attentes « très élevées » en matière de déneigement. « Je n'accepterai, sous aucun prétexte, que l'exécution ne soit pas adéquate », écrit-elle.

« Je n'ai pas besoin d'une lettre pour me [faire rappeler] mes obligations », a répondu du tac au tac le maire de l'arrondissement Saint-Laurent, Alan DeSousa, mercredi.

Pour Ensemble Montréal, le parti auquel il est affilié, cette lettre est « une opération de relations publiques de la part de la mairesse pour tenter de se déresponsabiliser ». Dans un communiqué transmis mercredi matin, la formation estime que « la mairesse est clairement en mode panique devant toutes les critiques qu’elle reçoit depuis deux semaines » concernant la gestion des opérations de déneigement.

« Il y a deux jours, devant les caméras, la mairesse disait [pourtant] que les critiques de l’opposition officielle n’étaient pas fondées et qu’elle était très fière du travail de déneigement accompli jusqu’à présent », écrit-on. « Mais si elle doit blâmer quelqu’un, c’est sa propre administration, [car] c’est la ville centre qui décide s’il y a lieu ou non de procéder aux opérations de chargement de la neige, pas les arrondissements ».

« Il n’y a eu aucune opération de chargement de la neige en novembre et décembre derniers, de sorte que les petites accumulations non ramassées ont durci lors des grands froids », explique encore l'opposition officielle.

M. Miranda en entrevue devant sa mairie d'arrondissement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire d'Anjou, Luis Miranda, préférerait que les arrondissements puissent avoir leur mot à dire sur les opérations d'élimination de la neige.

Photo : Radio-Canada

Même son de cloche à l'arrondissement Anjou, dirigé par le maire indépendant Luis Miranda. « Elle nous blâme actuellement pour ce qui n'est pas correct, comme si c'était nous qui n'avions pas fait notre travail », s'insurge-t-il. « On l'a fait, notre travail! Mais on a beau la tasser, la neige, si ça s'accumule, ça devient de la glace! »

Se disant « insulté » par la lettre transmise par Mme Plante, M. Miranda pense que la mairesse et son équipe devraient « se regarder dans le miroir ». « Le blâme est 100 % de leur côté », estime-t-il.

La mairesse lors d'une mêlée de presse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Valérie Plante ne considère pas que sa lettre était maladroite.

Photo : Radio-Canada

La principale intéressée n'a pas tardé à réagir, précisant que, s'il est vrai que la Ville de Montréal est responsable de décréter les opérations de ramassage, la politique de déneigement de la municipalité, uniformisée sous le règne de l'ex-maire Denis Coderre, prévoit que ce sont les arrondissements qui sont responsables de son exécution, ainsi que des opérations de déglaçage des trottoirs et d'épandage du sel dans les rues.

« De là l'importance pour moi, comme mairesse, de pouvoir envoyer un message somme toute positif, de dire : "On a bien travaillé, mais on doit continuer à le faire." », s'est-elle justifiée mercredi, en marge d'un événement à la Mission Old Brewery.

« Parce que, effectivement, il y a des endroits où c'était plus inégal d'un endroit à l'autre, alors moi je veux m'assurer qu'on est capable de donner la même capacité de service à tout le monde », a expliqué la mairesse.

Un avertissement

Dans sa lettre rendue publique mardi soir, Valérie Plante demandait aux arrondissements « de faire preuve de diligence et de communiquer le plus rapidement possible toute situation jugée problématique ».

« Je compte sur vous afin de porter une attention particulière aux opérations dans vos arrondissements respectifs », écrivait-elle encore.

Au cours des prochains jours, je veux que chacune et chacun d’entre vous puisse démontrer sa satisfaction à l’égard du travail accompli.

Valérie Plante, mairesse de Montréal, dans une lettre transmise aux arrondissements mardi

Responsable des services aux citoyens au comité exécutif de la Ville de Montréal, Jean-François Parenteau a été dépêché par l'administration mercredi pour expliquer la position de la mairesse.

« Dans le fond, le message, [c'est] de se concerter pour s'assurer qu'on a une belle fenêtre de cinq jours qui vient, où on n'aura pas de précipitations – de variations majeures –, ce qui va permettre, justement, de réhabiliter l'ensemble des chaussées de la ville de Montréal », a-t-il expliqué à Radio-Canada en matinée.

Selon lui, la mairesse n'a fait que réitérer « des actions qui sont déjà dans [la] politique de déneigement de la ville ».

Cette politique sera renégociée avec les maires d'arrondissements d'ici le mois d'août, nous a-t-il confirmé plus tard dans la journée.

En attendant, rien n'empêche ceux-ci de décréter eux-mêmes une opération d'élimination de la neige. À leurs frais, bien entendu.

Mais M. Parenteau insiste : rien ne justifiait d'édicter un chargement en novembre et en décembre, selon lui.

Jeudi dernier, le ramassage de la neige a été interrompu par d'importantes précipitations de pluie. Celles-ci ont été suivies dès le lendemain par une chute des températures, ce qui a transformé les rues et les trottoirs en patinoires.

Les ambulanciers paramédicaux d'Urgences-santé ont été par la suite inondés d'appels de Montréalais ayant subi des blessures après avoir chuté sur le sol.

Des personnes à mobilité réduite se sont aussi déplacées lundi soir au conseil municipal pour dénoncer l'état des trottoirs, faisant valoir que cette situation limitait grandement leurs déplacements.

Entre-temps, l'administration Plante avait suspendu les opérations de ramassage en demandant aux cols bleus de se concentrer sur les opérations de déglaçage. On a même profité de la fin de semaine pour sortir les nouveaux « croque-glace » dans certains arrondissements comme le Plateau-Mont-Royal et Rosemont–La Petite-Patrie.

Les opérations de chargement de la neige ont finalement repris progressivement mardi soir dans les rues de Montréal. Elles seront étendues à tous les arrondissements à compter de 19 h mercredi, a précisé la Ville dans un communiqué diffusé mercredi après-midi, précisant qu'environ 10 centimètres de neige étaient tombés depuis mardi matin.

La fenêtre de cinq jours évoquée par Mme Plante et M. Parenteau pourrait toutefois se refermer assez vite, puisqu'Environnement Canada prévoit que des précipitations de neige devraient s'abattre sur la région métropolitaine dès samedi et se prolonger au début de la semaine prochaine.

Avec la collaboration de Diana Gonzalez et Julie Marceau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !