•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa s’active contre les menaces d'ingérence étrangère à l'approche des élections

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avec la ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould, et le ministre de la Défense nationale, Harjit S. Sajjan, lors d'une conférence de presse annonçant le plan du gouvernement pour lutter contre l'ingérence étrangère lors des prochaines élections.

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avec la ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould, et le ministre de la Défense nationale, Harjit S. Sajjan, lors d'une conférence de presse annonçant le plan du gouvernement pour lutter contre l'ingérence étrangère lors des prochaines élections.

Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

Rania Massoud

Le gouvernement de Justin Trudeau a dévoilé mercredi un plan en quatre volets pour « protéger » les prochaines élections. Il s'agira à la fois de lutter contre l'ingérence étrangère, de sensibiliser les citoyens face à la désinformation en ligne, de renforcer la préparation organisationnelle et d'accroître la transparence des plateformes sociales et numériques.

Parmi les mesures phares adoptées par Ottawa en vue du scrutin prévu en octobre figure la mise en place d’une équipe de hauts fonctionnaires chargée de communiquer dans les plus brefs délais toute tentative d’ingérence étrangère « posant une menace grave à la tenue d’une élection libre et juste ».

Ainsi, une fois que le gouvernement prend connaissance d’une tentative d’ingérence lors de la période électorale, les dirigeants des organismes de sécurité nationale informent cette équipe, baptisée GTMSRE (Groupe de travail sur les menaces en matière de sécurité et de renseignement liées aux élections).

Le groupe est dirigé par le greffier du Conseil privé, Michael Wernick, et il est composé du conseiller à la sécurité nationale et au renseignement au bureau du premier ministre, ainsi que des sous-ministres de la Justice, de la Sécurité publique et d’Affaires mondiales Canada.

Le GTMSRE a pour mandat principal de « faire mieux connaître les menaces étrangères sur le processus électoral » et de « préparer le gouvernement à évaluer ces menaces et à y faire face ».

Des « acteurs malveillants »

Dans ses documents rendus publics mercredi, le gouvernement ne précise pas l’origine de ces menaces, mais des campagnes de manipulation de l’électorat américain lors de la présidentielle de 2016 ont déjà été attribuées à la Russie.

Dans une conférence de presse, la ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould, parle « d’acteurs malveillants », alors que le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, évoque quant à lui la menace « d’États étrangers hostiles ».

Notre démocratie est ancrée dans la confiance à l’égard du processus démocratique et de la légitimité du résultat. Les Canadiens ont un rôle à jouer dans la protection du processus démocratique […] et notre gouvernement est prêt à faire face aux tentatives de manipulation du système par des acteurs malveillants.

La ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould

« Dans le contexte de la vive partisanerie qui anime une campagne électorale, il est crucial de pouvoir compter sur un groupe de confiance ayant la crédibilité, le respect et l’impartialité nécessaires pour révéler au public les activités visant à détourner notre démocratie de son cours », a de son côté affirmé M. Goodale.

Évoquant les risques de « piratage informatique », le ministre Goodale s'est appuyé sur l'exemple de l’élection présidentielle américaine de 2016, affirmant que les nouvelles technologies ont rendu « la menace beaucoup plus immédiate […] et plus difficile à détecter ».

La menace de la désinformation

Le gouvernement Trudeau consacre par ailleurs une part importante de son plan pour lutter contre la désinformation en ligne qui « menace l’intégrité des élections ». Ottawa souhaite renforcer ses programmes de sensibilisation pour mettre en garde les citoyens contre les « tactiques trompeuses utilisées en ligne ».

Selon le gouvernement, « la désinformation peut susciter la confusion et exploiter les tensions sociales existantes ».

Jeudi dernier, le premier ministre Justin Trudeau a mis en garde les citoyens canadiens contre la prolifération des discours anti-immigration pendant la période électorale, affirmant que certaines personnes « tentent de provoquer de la peur, de l'intolérance et de la désinformation sur l'immigration au Canada ». Il n'a toutefois pas nommé de personne ni de groupe en particulier.

Le gouvernement rappelle par ailleurs que le projet de loi C-76 interdit l’utilisation de fonds provenant d’entités étrangères et prévoit des mesures de transparence accrues.

M. Trudeau a déjà souhaité de la part des géants du web tels que Facebook et Google la création d'un registre de toutes les publicités numériques de partis politiques ou de tiers au cours des périodes électorale et préélectorale.

« Les plateformes numériques telles que Facebook, Twitter et Google, sont devenues des espaces importants pour la tenue de débats démocratiques, a dit Mme Gould mercredi. Cependant, ces plateformes ont été manipulées pour répandre la désinformation et créer la confusion ».

La ministre affirme être en contact avec ces compagnies, les appelant à prendre des mesures concrètes pour « protéger la démocratie » en faisant la promotion de la transparence sur leurs plateformes.

Politique