•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canettes ou bouteilles : que choisir?

Un homme dans un supermarché achetant de la bière.

Un homme achetant de la bière.

Photo : getty images/istockphoto / gilaxia

Maxime Denis
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'explosion récente du nombre de microbrasseries au Québec permet de voir une multitude de produits débarquer sur les tablettes. Canettes, bouteilles aux étiquetages multiples, qu'est-ce qui influence le choix des microbrasseurs lorsque vient le temps de mettre en marché leur bière?

L’impact environnemental est un des enjeux qui préoccupent bon nombre de microbrasseurs, souligne Marie-Ève Myrand, directrice générale de l’Association des microbrasseries du Québec.

À cet effet, les contenants à remplissage multiple seraient à privilégier, explique la directrice, qui cite des études dévoilées par Recyc-Québec sur le cycle de vie des contenants.

« Celles qui figurent au top, ce sont les bouteilles de verre qu’on réutilise de 10 à 15 fois, dit-elle. Évidemment, dans cette analyse, le geste du citoyen est essentiel, de rapporter chez le détaillant le contenant consigné pour qu’on puisse le prendre et le laver pour le réutiliser. »

Les canettes d’aluminium, qui peuvent être recyclées à l’infini, se placent en deuxième position, en raison notamment de leur provenance. Les contenants sont actuellement importés des États-Unis, car le Canada ne compte pas pour le moment de producteur de canettes, ce qui augmente leur empreinte écologique.

Un projet de production de canettes pourrait cependant voir le jour au Saguenay, et ainsi changer la donne.

La bouteille de bière à usage unique est la moins écologique de toutes, mentionne Mme Myrand. « La production de verre étant très énergivore, il vaut mieux utiliser des bouteilles à remplissage multiple. »

L’étiquette et la colle

L’étiquette et surtout sa colle sont un enjeu important pour l’industrie, mentionne par ailleurs Mme Myrand.

Pour que les microbrasseries puissent réutiliser une bouteille de verre plusieurs fois, encore faut-il que leurs étiquettes puissent être enlevées.

Or, une étiquette qui ne peut être décollée entièrement équivaut à un rejet côté recyclage. Des recherches sont en cours afin de trouver des solutions adaptées pour l’industrie.

« C’est un gros casse-tête en ce moment pour l’industrie. Comprenons que les microbrasseries au Québec sont en croissance grand V. Les fournisseurs aussi sont en développement d’expertise », lance la directrice.

En ce qui a trait aux canettes, les autocollants ou pellicules plastiques peuvent être intégrés à la matière dans le processus de chauffage lors de la récupération. Cela peut toutefois avoir un impact sur la pureté du produit.

Goût et conservation

Le contenant choisi doit par ailleurs aller de pair avec le produit. La lumière et la chaleur sont des éléments importants dans la conservation du produit.

« Une bouteille qui est ambrée permet d’avoir une certaine barrière avec la lumière, tout comme pour la canette qui est opaque », mentionne Mme Myrand, qui représente 150 membres microbrasseurs.

Certains types de bières se prêtent toutefois moins bien à la canette. Des produits peuvent continuer de « refermenter » ou de s’affiner en bouteille.

Des bouteilles de bière.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des bouteilles de bière.

Photo : Radio-Canada

La consigne

Contrairement aux bouteilles de vin, tous les contenants des microbrasseries au Québec sont consignés. Pas vraiment de différence entre la canette ou la bouteille, donc, à ce sujet.

Toutefois, les détaillants sont tenus de reprendre les produits portant la mention « Consigné Québec », mais pas ceux qui ne portant pas cette indication ou portant la mention « Dépôt privé ».

Cette réalité et le fait que les consommateurs ne rapportent pas tous leurs contenants consignés ou les mettent au recyclage font en sorte que les Québécois se privent de 28 millions de dollars annuellement, selon l’organisme Consignaction.

« Il y a beaucoup de sortes de contenants. [...] Ce qu'on essaie de faire, c'est d'amener les microbrasseries à ne pas se distinguer par le contenant, mais par le contenu. On sensibilise beaucoup les microbrasseries depuis les dernières années. Toute la gestion du contenant en fin de vie leur appartient aussi », fait valoir la directrice générale.

Et si on avait une note à donner au Québec, en comparaison avec les autres provinces et territoires du pays?

Mme Myrand affirme que le Québec est enviable au point de vue environnemental dans la réglementation, mais il reste du travail à faire dans la mise en application.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...