•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’ambulanciers de C.-B. formés pour offrir des soins palliatifs

Une main d'une jeune personne qui tient la main d'une aînée.

Les ambulanciers seront formés à mieux appuyer les patients durant leurs soins, à les assister dans la gestion de leur douleur et à coordonner le tout avec leurs médecins et les infirmières.

Photo : iStockphoto/MachineHeadz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les services d'urgence de la Colombie-Britannique (BCEHS) reçoivent près de 1 million de dollars pour former plus d'ambulanciers en soins palliatifs.

L’argent fourni par le Partenariat canadien contre le cancer et la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé servira notamment à montrer aux ambulanciers comment évaluer et traiter à la maison des patients en phase terminale de cancer pour leur éviter des voyages non nécessaires à l’hôpital.

« Le rôle des ambulanciers devient plus multidimensionnel. Nous rencontrons ces types de patients à qui nous pouvons offrir de meilleurs services », dit l'ambulancier en chef de la pratique paramédicale aux BCEHS, Leon Baranowski, à la suite de l’annonce de mardi.

Les ambulanciers seront formés pour mieux appuyer les patients durant leur traitement, les assister dans la gestion de la douleur et assurer une coordination avec leurs médecins et les infirmières.

Le programme britanno-colombien sera semblable à ceux qui existent en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et en Alberta.

M. Baranowski affirme que le financement de ce programme durant quatre ans facilitera la mise en place de l’ordre ministériel qui permet aux ambulanciers de donner des soins aux patients à la maison.

Avec les informations de Ryan Patrick Jones, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !