•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le salaire minimum passera à 12,50 $ le 1er mai prochain au Québec

Une tirelire et de l'argent.

À 12,50 $ de l'heure, le salaire minimum au Québec sera, au 1er mai, le troisième en importance parmi les provinces canadiennes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le salaire minimum augmentera de 50 ¢ pour atteindre 12,50 $ de l'heure le 1er mai prochain au Québec, a annoncé mercredi le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

Cette hausse profitera à 288 200 salariés.

Le salaire minimum des salariés rémunérés au pourboire passera quant à lui à 10,05 $ de l'heure, une hausse de 25 ¢.

Par ailleurs, cette augmentation devrait faire passer le ratio entre le salaire minimum et le salaire horaire moyen à 50 %, dès 2019-2020, selon le ministère. Il s'agit d'une augmentation annuelle du revenu disponible variant entre 400 $ et 650 $, selon le nombre d'heures travaillées et la situation familiale des salariés.

Les explications de Gérald Fillion

Selon les plus récentes prévisions du ministère des Finances, le salaire horaire moyen se situait à 24,92 $ en 2018.

Ainsi, pour le gouvernement de François Legault, lier la hausse du salaire minimum à celle du salaire horaire moyen permettra aux salariés moins aisés de profiter de la « croissance générale des salaires et de l'évolution de l'économie ».

De cette manière, notre gouvernement contribue à l'augmentation du pouvoir d'achat des travailleurs les plus vulnérables sans nuire à l'emploi et à la compétitivité des entreprises.

Le ministre Jean Boulet

La capacité de payer des employeurs

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) s'inquiète du sort des entreprises ayant de très faibles marges de profit qui, dit le CPQ, auront plus de difficulté à absorber cette hausse du salaire minimum.

Il s'agit d'une majoration supérieure à l'inflation, à la hausse du coût de la vie et aux hausses de salaire générales prévues de 2,6 % pour 2019, constate le CPQ.

« Le maintien d'un juste équilibre demeure un facteur essentiel dans cette équation », dit le patronat. Bien qu'il faille protéger le pouvoir d'achat des travailleurs, il faut aussi respecter la capacité de payer des employeurs, conclut en substance le Conseil.

Québec solidaire est « un peu déçu »

Le député d'Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc, affirme que Québec solidaire espérait voir le salaire minimum de manière « beaucoup plus substantielle ».

« Les salariés méritent beaucoup mieux, a-t-il dit en mêlée de presse à l'Assemblée nationale. En Ontario, on est déjà rendus à 14 $. »

« Même une entreprise comme Simons vient de hausser son salaire plancher », a fait valoir Alexandre Leduc.

Dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre, un des grands problèmes est la rétention des employés. Ils ont de la misère à les garder et un des problèmes, c’est le bas taux du salaire.

Alexandre Leduc, de Québec solidaire

Samedi dernier, Québec solidaire a dit souhaiter que le gouvernement de la Coalition avenir Québec donne un sérieux coup de barre par rapport aux dernières années. En 2018, le gouvernement libéral de Philippe Couillard avait augmenté le salaire minimum de 75 ¢.

En campagne électorale, la CAQ s'était opposée à la hausse du salaire minimum à 15 $. Avant d'accéder au poste de premier ministre, François Legault disait craindre que cette mesure nuise à l'emploi.

Augmentation du salaire minimum

À 12,50 $ de l'heure, le salaire minimum au Québec sera, au 1er mai, le quatrième en importance parmi les provinces canadiennes, derrière la Colombie-Britannique (12,65 $), l'Ontario (14 $) et l'Alberta (15 $).

En Ontario, le gouvernement conservateur de Doug Ford a gelé l’augmentation de 1 $ qui était promise par l’ancien Cabinet libéral, le maintenant à 14 $. Jusqu'à janvier dernier, le salaire minimum était de 11,60 $ dans la province.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Économie