•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick renonce à organiser les Jeux de la Francophonie de 2021

Le comité organisateur des jeux réagit pour la première fois.

Photo : iStock

Pierre-Philippe LeBlanc

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick annonce son retrait de l'organisation des Jeux de la Francophonie de 2021 Moncton-Dieppe en raison des coûts, jugés trop élevés. Les réactions politiques n'ont pas tardé : tous dénoncent la mauvaise foi du gouvernement Higgs dans le dossier.

Le premier ministre Blaine Higgs a annoncé cette décision lors d'une conférence de presse, mercredi matin, à Fredericton.

Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, nous avons été informés que les coûts de ces jeux étaient sept fois plus élevés que prévu au départ. [...] Nous avons donc pris la décision de nous retirer des Jeux de la Francophonie internationale de 2021 en raison de l’augmentation des coûts.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans la formule fédérale du financement d’événements de grande envergure, estime Blaine Higgs. Le seul moyen d’obtenir plus d’argent du fédéral aurait été d’augmenter l’investissement du provincial, déplore-t-il.

Son gouvernement entend nommer un représentant au comité organisateur afin d'entreprendre le processus officiel d'annulation.

Blaine Higgs donne une conférence de presse

Le premier ministre Blaine Higgs souligne que son gouvernement a déjà réduit les dépenses publiques de la province de 200 millions de dollars, et qu’il ne peut investir davantage dans l’organisation des Jeux de la Francophonie.

Photo : Radio-Canada

M. Higgs n’a jamais eu l’intention d’en venir à une proposition sérieuse, a lancé le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, visiblement irrité lors d’une mêlée de presse, mercredi, à Ottawa.

Plusieurs ministres fédéraux ont accusé le gouvernement Higgs d'être de mauvaise foi dans ce dossier.

Je ne suis pas surpris, je crois qu’ils avaient planifié de faire échouer les Jeux.

Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales du Canada

La ministre fédérale de la Francophonie, Mélanie Joly, juge que le gouvernement Higgs s’est retiré de la table des négociations à cause d’un délai qu'il s’était lui-même imposé.

Encore une fois, nous voyons un gouvernement conservateur qui délaisse son leadership au sujet des enjeux francophones, a clamé Mélanie Joly en faisant allusion aux compressions du gouvernement Ford qui ont touché les francophones en Ontario.

C’est une journée triste pour les gens du Nouveau-Brunswick, la communauté francophone de la région et les francophones du monde entier, a déclaré Justin Trudeau.

Encore une fois, le gouvernement Higgs laisse des fonds fédéraux sur la table.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

M. Trudeau souhaite que le Nouveau-Brunswick participe activement à trouver une destination de rechange pour les IXe Jeux de la Francophonie.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se dit déçue de l’annulation de l’événement, dans une déclaration envoyée par courriel.

Les conséquences de cette décision seront examinées par les États et gouvernements membres du Conseil d’orientation du Comité international des Jeux de la Francophonie qui se réunira à Paris les 14 et 15 février 2019, a indiqué le directeur par intérim du Comité international des Jeux de la Francophonie, Thomas Gil.

Gauvin renvoie la balle au fédéral

Tout n'est pas perdu pour l'organisation des Jeux, selon le ministre de la Francophonie, si le fédéral trouve un moyen d'augmenter sa part de financement.

Si Ottawa est intéressé à avoir les Jeux, je le répète, ça nous fera plaisir de participer, assure Robert Gauvin.

Je le répète, notre 10 millions, il est toujours là.

Robert Gauvin, vice-premier ministre et ministre de la Francophonie du Nouveau-Brunswick

La porte-parole libérale en matière de Francophonie au Nouveau-Brunswick, Monique LeBlanc, a toutefois laissé entendre que l'annulation des Jeux était programmée depuis des semaines, par le gouvernement minoritaire de Blaine Higgs, qui gouverne avec l'appui d'un parti hostile au bilinguisme, l'Alliance des gens, dirigé par Kris Austin.

Le gouvernement Higgs a-t-il cédé à la pression de Kris Austin ?

Monique LeBlanc, députée libérale

Les libéraux estiment que Blaine Higgs a instrumentalisé le budget de 130 millions de dollars dévoilé en décembre pur justifier sa décision, alors que le comité organisateur a réduit le montage financier à 62 millions dans les derniers jours.

Le député vert Kevin Arseneau s'est dit être extrêmement déçu. Il attribue entièrement au gouvernement Higgs le retrait du Nouveau-Brunswick.

Je pense qu’il y a eu des efforts faits pour sauver ces Jeux, mais le gouvernement provincial n’a jamais été à la table, lance Kevin Arsenault. Ça a été décidé longtemps d’avance.

Dieppe et Moncton

Les deux villes hôtesses ont exprimé leur déception par voie de communiqué, mais elles demeurent ouvertes à toute forme de règlement pour sauver les Jeux, le plus important événement jamais organisé dans notre région.

Nous trouvons malheureux que les instances gouvernementales supérieures n’aient pu trouver un terrain d’entente quant au partage des coûts de l’événement, a déclaré la directrice des communications à la Ville de Moncton, Isabelle LeBlanc.

La Ville de Dieppe souligne que d’importantes sommes ont déjà été dépensées depuis l'obtention des Jeux.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale