•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raymond Saint-Pierre, un homme et ses lunettes sur le monde

Raymond Saint-Pierre à la place Rouge à Moscou Photo: Photo offerte par Raymond Saint-Pierre
Radio-Canada

« C'est quelqu'un qui ne se contente pas de décrire la situation, il en tire la signification », dit le journaliste Marc Laurendeau à propos de Raymond Saint-Pierre. De la chute du mur de Berlin à la mort de Deng Xiaoping, le correspondant à l'étranger de Radio-Canada nous a fait comprendre le monde à travers ses lunettes rondes et son regard perçant. Après plus de 40 ans de métier, il prend sa retraite. Hommage.

Un texte d'Anne Marie Lecomte

En 1964, Raymond Saint-Pierre fait ses débuts à « Radio-Corridor » au Séminaire de Saint-Hyacinthe. À seize ans et demi, sa belle voix de basse résonne par le truchement de haut-parleurs dans les espaces communs de cette école centenaire. « On n’avait pas un auditoire gigantesque, se rappelle-t-il, mais il était très captif! »

L’homme n’est pas dépourvu d’humour. Et si la voix est ronde, sa silhouette, son visage et ses lunettes le sont aussi.

Dans le couloir principal de la maison de Radio-Canada, à Montréal, l’une de ses paires de lunettes ainsi qu’un portrait de lui sont en montre dans une armoire vitrée. Un mot à l’intention des visiteurs dit ceci : « Les célèbres lunettes de Raymond Saint-Pierre, journaliste à Radio-Canada depuis 1978, illustrent bien la vision unique que Radio-Canada a de l’information et qui en fait une véritable référence pour le citoyen qui cherche à mieux comprendre le monde dans lequel il vit. »

Qu’un radiodiffuseur public de l’importance de Radio-Canada définisse sa vision de l’info à travers le regard de Raymond Saint-Pierre en dit long sur sa valeur. Avec son départ à la retraite, « c’est un gros morceau qui part de Radio-Canada, affirme Bernard Derome, journaliste et ex-présentateur du Téléjournal 22 h à Radio-Canada. C'est un pan de mur extrêmement important ».

La vie, au-delà du cliché

De Washington, son premier poste à l'étranger en 1980, en passant par Londres, Paris, Pékin et Moscou, le Maskoutain s'est échiné sur les situations les plus complexes du monde pour les amener « au-delà du cliché ».

De la part du public, il détestait entendre les « mon Dieu, c’est donc la grande misère; mon Dieu ils ont donc l’air pauvres, ou racistes… » C'était pour lui la preuve qu'il avait failli à sa mission.

L'étranger, ce n'est pas un cliché. L'étranger, ce sont des gens qui vivent comme nous. Il faut essayer d'expliquer et de faire comprendre pourquoi ils sont comme ça à nos gens à nous.

Raymond Saint-Pierre, au micro de Marc Laurendeau sur ICI Première en 2012

Aujourd’hui, Raymond Saint-Pierre tire sa révérence à regret, terrassé par une maladie auto-immune qui l’a assailli à Moscou, l’an dernier. « Il fallait bien que je prenne ma retraite à un moment donné, ironise-t-il. Mais j’aurais préféré que ça se passe d’une façon plus relax, dans un contexte plus posé. »

« J’ai toujours dit que ce qui me forcerait à mettre fin à ma carrière de journaliste, et surtout de correspondant à l’étranger, ce serait la santé, affirme-t-il. Et… c’est ça qui est arrivé. »

24 h sur 24, 7 jours sur 7

La santé est l’un des préalables au métier de correspondant à l’étranger. Et pour cause : « être sur le qui-vive ou sur la corde raide » sont les expressions qui résument le mieux cette vie. Il faut être disponible 24 h sur 24, 7 jours sur 7, et jongler en permanence avec le décalage horaire. Car un correspondant vit à la fois au rythme de l'étranger et « de la maison ». Pendant qu'il entame ses journées, son public dort à poings fermés. « Faut mener son bateau, explique Raymond Saint-Pierre, et avoir décidé dès le matin de ce qui est important, essentiel. »

À Moscou, où il s’est établi en 2015, l’équipe était composée d’un caméraman, d’une recherchiste (partagée avec TF1) et d’une administratrice. Une toute petite équipe face à un défi colossal : se dépêtrer dans la bureaucratie russe. Formulaires, demandes des autorités, complexités bancaires…

« Les postes où on a des correspondants à l’étranger sont vraiment critiques, extrêmement importants, et tout peut arriver à tout moment, explique-t-il. Il faut être prêt à se déplacer, à partir. Et à diriger une équipe aussi! »

Le journaliste Raymond Saint-Pierre en entrevue avec le président russe Vladimir PoutineLe journaliste Raymond Saint-Pierre en entrevue avec le président russe Vladimir Poutine Photo : Radio-Canada

Reporter à Saint-Hyacinthe, Québec

Revenons à Radio-Corridor. Le jeune Raymond, encore aux études, passe à CKBS-AM, une station de radio locale et indépendante de Saint-Hyacinthe. « Un été que j’y travaillais, il y avait deux jeunes qui y vendaient de la publicité : Daniel et Pierre Marc Johnson », rappelle-t-il en riant.

L’étranger l’appelle déjà. Autour de 1969-1970, « période assez agitée au Québec », il part faire une maîtrise en littérature à l’Université d’Aix-Marseille.

Lorsqu'il rentre en 1973, un poste de reporter l’attend à CKAC où il deviendra, deux ans plus tard, directeur des nouvelles de toutes les stations du réseau Télémédia, nouvellement inauguré.

Dans cette Europe qu’il venait de quitter, le métier de reporter était prestigieux. Mais dans les stations de radio privées du Québec… « C’était vu comme un métier de teneur de micro », se remémore le journaliste. À un collègue renommé qui lui demande « d’où il sort », Saint-Pierre parle de sa maîtrise en littérature. « Et t’es juste reporter radio? », s’est étonné l’autre. Ce métier, même ceux qui l’exerçaient ne le respectaient pas, dit en substance Raymond Saint-Pierre.

CKAC, qui diffusait encore quelques années auparavant le Chapelet en famille, s’initie à l’actualité internationale avec Raymond Saint-Pierre. En 1974, le jeune reporter couvre notamment la Révolution des œillets, qui entraîne la chute de la dictature au Portugal.

L’appel de Radio-Canada viendra en 1978, où il prend une année sabbatique en Martinique. « Ils m’ont demandé si ça m’intéressait de venir essayer la télévision », raconte-t-il. Je n’y connaissais rien. Je me suis dit : "Je vais y aller et si ça ne marche pas, je retournerai en Martinique." »

Au bout du compte, l’année sabbatique a duré trois semaines. « L’essai » à Radio-Canada… 40 ans.

Un homme, vêtu d'un manteau et d'un chapeau recouvert de neige, se tient debout dans une cour enneigée devant une caméra de télévision et un projecteur.Raymond Saint-Pierre dans la ville russe de Vorkuta, lors d'un reportage sur les effets du réchauffement climatique dans le Grand Nord de la Russie Photo : Offert par Raymond Saint-Pierre

La Chine, un défi chaque jour

Quand Raymond Saint-Pierre parle de ses affectations, il dit « nous » et « on ». C’est qu’il a parcouru le globe en compagnie de sa femme, Sylviane Tramier, une journaliste qu’il avait rencontrée en France.

À Pékin, le couple prend chaque matin des leçons privées de mandarin. Une langue moins difficile que le russe, dit-il.

Ces cinq années en Chine (de 1996 à 2001) sont parmi les plus belles et les plus enrichissantes de ce parcours hors du commun. Et un choc culturel au quotidien. « J’avais vraiment l’impression d’être à l’école chaque matin », se souvient-il.

« Ça avait commencé sur les chapeaux de roues avec le décès [du président chinois] Deng Xiaoping, […] avec les autorités chinoises qui nous ordonnaient de ne pas nous présenter au cimetière, de ne pas nous présenter aux cérémonies… » Un casse-tête pour la télévision!

Car qui dit information télé dit images, témoignages, déclarations. Mais encore fallait-il convaincre les autorités et « le Chinois moyen » de se montrer, de se confier.

« J’ai toujours dit : un deux minutes et demie [de reportage] en Chine, c’est comme faire une demi-heure à Montréal », affirme Raymond Saint-Pierre qui, à l’époque, alimentait à la fois Radio-Canada en français et CBC en anglais. « Deux boîtes bien différentes, avec des approches et des intérêts différents aussi », explique-t-il. Un défi de plus…

« C’est le peuple qui a ouvert le mur »

À l’été 1989, Raymond Saint-Pierre se rend tant en Allemagne de l’Ouest que de l’Est. Le rideau de fer montre des failles. Des jeunes franchissent les frontières des pays voisins de l’Allemagne. Le correspondant de Radio-Canada /CBC suit la situation de très près. Mais de là à prédire que le mur allait tomber…

« On ne pensait jamais que ça allait mener à cet événement spectaculaire de la nuit du 9 novembre », rappelle Raymond Saint-Pierre.

Voici comment il raconte ce qui s’est passé.

« Le 9 novembre au soir, à la fin d'une conférence de presse diffusée en direct et à heure de grande écoute, Günter Schabowski lit de manière plutôt détachée une décision du Conseil des ministres est-allemand sur une nouvelle réglementation des voyages, dont il s'avère plus tard qu'elle n'était pas encore définitivement approuvée, ou, selon d'autres sources, ne devait être communiquée à la presse qu'à partir de 4 h le lendemain matin, le temps d'informer les organismes concernés .

C’était une erreur. Schabowski avait mal interprété les décisions du parti.

Nous, les quelques reporters présents, lui avons demandé de répéter. Des fois, il y avait des erreurs de traduction... "C'est bien ça que vous avez dit? Que les gens seraient libres et qu’ils auraient droit à des visas? À partir de maintenant?" Et il a dit oui.

Dans la soirée, pendant qu’on montait notre reportage, je sortais pour voir si c’était ce qui se passait… Je suis allé à Checkpoint Charlie à quelques reprises et on voyait de plus en plus de têtes, une foule qui s’amassait. Et à un moment donné, à 11 h du soir, j’ai bien vu que les autorités étaient débordées et que les gardes-frontière ne tiraient pas comme ils l’auraient fait avant.

Et ça s'est ouvert. C’est le peuple qui a ouvert le mur. Ça a changé notre reportage très vite. Cette nuit-là, pour l'envoi du dernier reportage, il n’y avait qu’une ligne qui reliait Berlin-Ouest au reste de l’Allemagne de l’Ouest et nous, avec CBC The Journal, nous avions la dernière heure, avant que la ligne ne soit débranchée.

Les premières images et les premiers reportages de la chute du mur, c’est nous qui les avons alimentés à partir de Berlin-Ouest. »

C’est rare comme reporter qu’on couvre un événement où il n’y a que du positif.

Raymond Saint-Pierre, correspondant à l’étranger pour Radio-Canada
Raymond Saint-Pierre et la chute du mur de Berlin

Cet événement, la chute du mur de Berlin, a eu « des conséquences gigantesques qui affectent notre monde, encore aujourd’hui », affirme Raymond Saint-Pierre.

Selon Marc Laurendeau, la grande force de Raymond Saint-Pierre est sa capacité à faire des liens, à analyser et à mettre en contexte les événements.

« Raymond, son information, c’est toujours clair, bien dit, les nuances sont là, mais il ne tourne pas autour du pot. On comprend du premier coup. C’est simple, accessible, intelligent », résume Bernard Derome.

Un jardin vaste comme la planète

Celui qui a été à la barre du Téléjournal 22 h pendant plus de 30 ans ne tarit pas d'éloges sur son ancien collègue. « Je le mets à un très haut échelon, parmi les plus grands correspondants dans l’histoire de Radio-Canada/CBC, de la trempe des Joe Schlesinger. »

Il a fait le tour du jardin… De la planète jardin.

Bernard Derome, journaliste et ex-présentateur du Téléjournal 22 h à Radio-Canada

Quand Raymond Saint-Pierre donne le ton

Pour définir en quoi il est bon, Raymond Saint-Pierre, lui, parle du ton. Son ton. Un élément un peu indéfinissable en journalisme et pourtant… fondamental.

« Moi, c’est un ton plus raconté que lu, décrit-il. Un ton de confidence plus que de déclamation. » À ses débuts à Radio-Canada, d’ailleurs, il s’en est trouvé pour prédire qu’avec son ton trop naturel, il ne ferait pas long feu… Anecdote qui le fait encore rigoler.

Il ne s’est pas illustré qu’à l’étranger. Pour Le Point, dans un reportage intitulé « Les Québécois et le fascisme », Saint-Pierre a su tirer les rares confidences de Gérard Lanctôt, disciple du « Führer canadien », Adrien Arcand. Du doigté, il en fallait. « Il faut démontrer à ces gens-là qu’on n’est pas là pour les critiquer ou les juger, mais pour leur donner une chance de parler », explique Raymond Saint-Pierre.

« Laissez-moi observer! »

En 40 ans, le métier a changé. Les moyens technologiques se sont prodigieusement développés. Pour le mieux, dit-il. La capacité de produire et d’être à jour s'est accélérée et simplifiée grâce à Internet.

Mais, voulant exploiter au maximum ces capacités techniques décuplées, « la machine », comme l'appelle Raymond Saint-Pierre, a exigé un rendement à l’avenant des employés sur le terrain.

« Durant la guerre en ex-Yougoslavie, dit-il, j’avais démontré à mes patrons qu'avec toutes les demandes radio, télé, deadlines des émissions du matin, du midi, de début de soirée – et chacun voulait son produit… Je n'avais à peu près qu'une heure à moi sur le terrain pour couvrir la vraie situation! »

« À un moment donné, il [Raymond Saint-Pierre] disait que la pression à RDI était trop forte, qu’on lui en demandait trop, raconte Marc Laurendeau. ''Laissez-moi observer ce que je dois observer, vous m’appellerez après’’, disait-il. »

« C’est un débat qu’on a eu pendant quelques années, relate Raymond Saint-Pierre. Maintenant, la machine comprend beaucoup plus que le correspondant doit être utilisé pour ce qu’il peut faire de mieux : aller au-devant des gens et des événements. »

Des enfants fous de désespoir

Érudit, affable, ironique sans être cynique, Raymond Saint-Pierre n’est pas un prétentieux. Avec lui, « il n’y a pas de grands coups de toge, décrit Bernard Derome. C’est la simplicité même. »

Quand on demande à Raymond Saint-Pierre quelle est l’affectation qu’il ne voudrait jamais avoir à refaire, il parle de ces enfants d’orphelinats de Roumanie et d’Angola si mal en point que, de désespoir, ils se tapaient la tête contre les barreaux de leur lit-prison. Les caméramans qui l’accompagnaient lors de ces reportages terribles pleuraient tout en filmant, dit-il. « Il n’y a rien qu’on puisse faire, il n’y a rien qu’on va faire... Sauf montrer, en espérant que ça va peut-être donner un petit quelque chose. »

« Ça marque », dit-il simplement.

Un homme portant des lunettes est assis dans un camion.Raymond Saint-Pierre après avoir été légèrement blessé en Syrie, non loin de la frontière turque, en mai 2016 Photo : Gracieuseté Raymond Saint-Pierre

Paralysé de la poitrine au bout des pieds

Durant leurs week-ends libres à l’étranger, Sylviane et Raymond marchaient. À Pékin, par exemple, ils ont vu des hutong, quartiers typiques regorgeant de ruelles et d’étroits passages entrelacés, disparaître en deux semaines au profit de tours et de commerces flambant neufs.

Mais Raymond Saint-Pierre ne marche plus. « Depuis la mi-juin, je suis paralysé de la poitrine au bout des pieds, confie-t-il […] Je réapprends à marcher. »

Son projet de retraite? Consacrer 100 % de ses efforts à retrouver le plus possible son autonomie. « Si j’arrive à marcher avec une canne, je serai l’homme le plus heureux au monde », conclut-il.


L'émission Dix témoins autour du monde, animée par Marc Laurendeau, a consacré une heure à Raymond Saint-Pierre, en juillet 2012.

International