•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens de Gatineau et d'Ottawa se recueillent, deux ans après l'attentat de Québec

Des gens assis sur des chaises qui regardent une présentation vidéo

La cérémonie de commémoration du deuxième anniversaire de l'attentat à la mosquée de Québec à Gatineau

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

Radio-Canada

Deux ans se sont écoulés depuis que six personnes sont tombées sous les balles d'Alexandre Bissonnette à la grande mosquée de Québec, un soir froid de janvier 2017. Des résidents de Gatineau et d'Ottawa ont choisi de se réunir, mardi, pour commémorer cette soirée où l'impensable est arrivé.

On vit l’un à côté de l’autre, mais on ne se connaît pas, a lancé l’imam Hassan Guillet, un des invités d’honneur de la soirée organisée par le Centre islamique de l’Outaouais (CIO) en mémoire des victimes de la fusillade.

Les gens de toutes les confessions étaient invités à se réunir pour rendre hommage à ceux qui sont morts et aux huit personnes qui ont été blessées le 27 janvier 2017.

Un survivant de la tragédie, Aymem Darbali, a fait le chemin vers Gatineau pour participer à la cérémonie organisée par le CIO. Ce dernier est devenu tétraplégique après s’être placé devant les balles pour protéger d’autres individus le soir de l’attaque.

L’événement a réveillé beaucoup de gens, un peu comme l’histoire de #MoiAussi, a expliqué l'imam Guillet, qui croit voir un parallèle entre l'attentat à la grande mosquée et le mouvement contre les inconduites sexuelles.

L’ignorance amène la méfiance, la méfiance à la crainte, la crainte des fois à la haine et des fois, malheureusement, à la violence, comme c’est arrivé à la mosquée.

Hassan Guillet, imam

Malgré les défis, M. Guillet croit que le travail d’ouverture des uns envers les autres est sur la bonne voie.

Une veillée à Ottawa

Des dizaines de personnes s'étaient aussi donné rendez-vous à Ottawa pour une veillée à la chandelle autour de la Flamme du centenaire, sur la colline du Parlement.

L’organisateur du rassemblement, Ryan Slobojan, a été touché par la fusillade de 2017. Quand j’ai vu mes voisins musulmans être attaqués, je savais que je devais agir, parce que les gestes sont plus importants que les mots, a expliqué l’Ottavien.

Ce dernier s’est rendu avec sa fille à la mosquée de Québec, la semaine dernière, pour montrer son appui à ceux qui la fréquentent.

Nous y sommes allés pour donner des câlins gratuits. Ils ont reçu généreusement deux étrangers dans leur mosquée, deux ans après qu’un étranger y soit entré pour perpétrer cette horrible attaque, a raconté M. Slobojan avec émotion.

Des dizaines de personnes rassemblées autour d'une flamme

Une veillée à la chandelle a été organisée sur la colline du Parlement à Ottawa

Photo : Radio-Canada

Avec les informations de Laurie Trudel

Ottawa-Gatineau

Croyances et religions