•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un seul témoin pour la défense d'« El Chapo »

Le palais de justice fédéral de Brooklyn à New York, où a lieu le procès de Joaquin Guzman, connu sous le nom d’« El Chapo ».

Le peu de témoins mobilisés par la défense risque de raccourcir le procès de l'ancien baron de la drogue Joaquin Guzman.

Photo : Reuters / Mike Segar

Agence France-Presse

Plus de 50 témoins se sont succédé trois mois durant au tribunal de Brooklyn pour décrire les crimes présumés d'« El Chapo ». Mardi, sa défense s'est résumée à un seul témoin, laissant présager une condamnation rapide du célèbre narcotrafiquant mexicain.

Les avocats de Joaquin Guzman, alias « El Chapo », n'ont appelé qu'un seul témoin : un agent du FBI, Paul Roberts, qui avait interrogé en 2017 le Colombien Jorge Cifuentes, un ancien fournisseur en cocaïne de l'ancien chef du cartel de Sinaloa.

L'avocat de la défense Jeffrey Lichtman a interrogé M. Roberts mardi avec l'objectif évident de saper la crédibilité de M. Cifuentes, qui avait longuement témoigné contre « El Chapo » à la mi-janvier.

Même si sa déposition n'a pas duré plus d'une demi-heure, l'agent du FBI a semblé nerveux, d'autant que le ton de M. Lichtman s'est fait parfois agressif, comme s'il procédait à un contre-interrogatoire plutôt qu'à l'interrogatoire d'un témoin en principe favorable à son client.

Un croquis dessiné lors du procès de Joaquin Guzman montre celui-ci écoutant son avocat questionner un autre homme sous le regard d'un juge.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avocat d'«El Chapo» a interrogé l'agent du FBI Paul Roberts pour remettre en cause la crédibilité de Jorge Cifuentes un ancien fournisseur de cocaïne.

Photo : Reuters / Jane Rosenberg

Conformément à ce qu'il avait lui-même annoncé au juge lundi, « El Chapo », 61 ans, qui risque l'incarcération à perpétuité en cas de condamnation, n'a pas été appelé à la barre.

Délibérations dès vendredi

Maintenant que les dépositions sont terminées, les avocats de la défense et de l'accusation préparent leurs plaidoiries finales, qui devraient débuter mercredi.

L'accusation a demandé au juge d'interdire à la défense d'arguer dans sa plaidoirie qu'« El Chapo » aurait été victime d'une trahison de son associé et codirigeant du cartel, Ismaël « El Mayo » Zambada.

Comme l'avaient laissé entendre les avocats de la défense dans leur plaidoirie d'ouverture, ils soupçonnent « El Mayo » d'avoir agi avec la complicité de fonctionnaires mexicains corrompus, et dans le cadre d'une action concertée des États-Unis et du Mexique pour étaler la corruption dans ce pays.

Un homme portant un manteau noir et un foulard marche dans une rue de New York.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jeffrey Lichtman, avocat pour la défense de Joaquin Guzman

Photo : Getty Images / Drew Angerer

« C'est totalement hors sujet en ce qui concerne la culpabilité de l'accusé », ont affirmé mardi les procureurs dans un document soumis au juge fédéral Brian Cogan.

Les jurés pourraient commencer à délibérer à partir de vendredi de la culpabilité d'« El Chapo ».

Tout au long du procès, l'accusation a présenté « El Chapo » comme ayant codirigé 25 ans durant un vaste empire criminel spécialisé dans le trafic de cocaïne et d'autres drogues, responsable d'avoir exporté aux États-Unis plus de 155 tonnes de cocaïne, empochant au passage quelque 14 milliards de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !