•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux de la Francophonie : la crise en 5 dates

Un coureur sur le point de s'élancer.

L'avenir des Jeux de la Francophonie 2021 à Moncton-Dieppe pourrait se jouer mercredi matin.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick tiendra une conférence de presse mercredi à 9 h au sujet des Jeux de la Francophonie. On ignore encore ce qu'il annoncera, mais Blaine Higgs a récemment déclaré que si Ottawa ne signalait pas son intention d'augmenter sa part du financement des Jeux au plus tard le 30 janvier, le Nouveau-Brunswick enclencherait les démarches pour annuler l'événement. Comment en sommes-nous arrivés là?

2015 : la candidature

2015, l’année où tout a commencé. C’est à ce moment-là que le gouvernement du Nouveau-Brunswick dépose sa candidature pour être l’hôte des Jeux de la Francophonie 2021. La province soumet alors une candidature avec un budget se situant dans la fourchette de 15 millions à 19 millions de dollars, en se basant sur les chiffres minimaux du guide des candidatures. À l’époque le comité organisateur n’était pas encore formé. La candidature du Nouveau-Brunswick a été retenue en 2016.

Brian Gallant, premier ministre et chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Gallant, premier ministre et chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

6 décembre 2018 : de 15 millions à 130 millions de dollars

Le 6 décembre 2018, Radio-Canada révèle le budget des Jeux de la Francophonie 2021 à Moncton-Dieppe tel que déposé par le comité organisateur en avril de la même année. Les Néo-Brunswickois apprennent alors que les Jeux de la Francophonie pourraient coûter huit fois plus que prévu, soit 130 millions de dollars.

Le problème, c’est de savoir d’où viendra cet argent. La province s’est engagée à donner 10 millions de dollars, alors que le gouvernement fédéral a promis de payer 50 % des frais, donc un montant équivalent à celui de la province.

Dieppe et Moncton se sont quant à elles engagées à donner 750 000 $ chacune.

12 décembre 2018 : 5 membres du comité organisateur démissionnent

À la suite des révélations du 6 décembre, la recherche des responsables de ce fiasco commence. Le comité organisateur assure avoir fait le travail qui lui a été demandé, soit de prévoir des Jeux qui feraient rayonner le Nouveau-Brunswick à l’international. Les dépassements de coût seraient plutôt attribuables au gouvernement provincial, qui aurait fait une soumission irréaliste.

Éric Mathieu Doucet en conférence de presse. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Éric Mathieu Doucet, président du comité national organisateur des IXes Jeux de la Francophonie.

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick rappelle quant à lui que le budget proposé en 2015 correspondait au budget conventionnel figurant dans les guides de candidatures pour les Jeux de la Francophonie, fixé à 10 millions d’euros, soit un peu plus de 15 millions de dollars canadiens.

Le 20 décembre, l’Organisation internationale de la Francophonie reconnaît que ce budget était irréaliste. C’est une des seules fois où l’organisme a fait un commentaire depuis le début de la crise. Il a refusé toutes les demandes d’entrevue de Radio-Canada.

Mais pendant que tout le monde se renvoie la balle, la pression pèse sur le conseil d’administration, qui doit répondre à des questions difficiles. Le 12 décembre 2018, cinq d’entre eux démissionnent. Ce sont les cinq qui ont été nommés par la province.

Quatre d’entre eux signent un communiqué dans lequel ils expliquent que « cette ombre empêche de voir la véritable histoire que sont les avantages et les importantes opportunités que ces Jeux pourraient apporter à notre région et à notre province. »

15 janvier 2019 : le provincial impose un ultimatum au fédéral

Le 15 janvier, le vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, Robert Gauvin, annonce que, si les partenaires financiers du Nouveau-Brunswick pour les Jeux de la Francophonie n'indiquent pas leurs intentions d'ici le 30 janvier, la province entamera les démarches pour l'annulation des Jeux. Un ultimatum qui déplaît au gouvernement fédéral.

Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, en entrevue. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Robert Gauvin ne perd pas espoir pour les Jeux de la Francophonie 2021 à Moncton-Dieppe.

Photo : Radio-Canada

Jusqu’à la toute dernière minute, les gouvernements provincial et fédéral ont maintenu leur position : le provincial est prêt à payer 10 millions de dollars, le fédéral est prêt à accorder une somme équivalente à celle proposée par le Nouveau-Brunswick.

30 janvier 2019 : la dernière chance?

Une conférence de presse du gouvernement du Nouveau-Brunswick concernant les Jeux de la Francophonie aura lieu à 9 h, le mercredi 30 janvier, à Fredericton.

On ignore encore ce que la province a l’intention d’y annoncer. On sait toutefois que Blaine Higgs a déclaré que, si le fédéral ne faisait aucune proposition d’ici cette date, il se verrait obligé d’annoncer l’annulation des Jeux de la Francophonie à Moncton-Dieppe en 2021.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale