•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis renvoient au Mexique des migrants en attente d'asile

Des enfants et des adultes sont assis au pied d'une clôture avec des valises et des sacs. Un homme se cache le visage de la main.
Des migrants sud-américains attendent de pouvoir effectuer leur demande d'asile aux États-Unis à la frontière dans la ville mexicaine de Tijuana. Photo: Associated Press / Gregory Bull
Radio-Canada

Les États-Unis ont commencé à renvoyer au Mexique des migrants demandant l'asile en plus d'augmenter la présence militaire à la frontière.

L’ambassade américaine à Mexico a annoncé mardi que le processus de renvoi de migrants avait débuté, en « réponse à la crise de migration illégale à laquelle les États-Unis font face ».

En vertu de cette mesure, des migrants entrés illégalement « pourront être renvoyés au Mexique pendant la durée de leur procédure migratoire », a expliqué l'ambassade.

Une mesure qui a été critiquée par le Mexique qui la qualifie d’« unilatérale ». Mexico compte toutefois prendre en charge ces migrants pour des raisons « humanitaires ».

Ajout de militaires

Le Pentagone a pour sa part annoncé la mobilisation de « plusieurs milliers » de militaires supplémentaires à la frontière.

Le secrétaire intérimaire à la Défense, Patrick Shanahan, a précisé que ces soldats seront utilisés pour installer des clôtures et pour effectuer une « surveillance élargie » de la frontière.

On compte présentement 2350 militaires déployés pour assister les agents frontaliers, sans toutefois pouvoir jouer leur rôle.

Deux soldats regardent au loin derrière des fils barbelés.Des militaires américains sont employés pour surveiller la frontière avec le Mexique. Photo : Getty Images / John Moore

Cette mission doit se prolonger jusqu’à la fin de septembre, entraînant des dépenses de 600 millions de dollars américains.

La mobilisation militaire à la frontière ne fait pas l’affaire des démocrates qui y voient une manœuvre politique de la part du président Donald Trump.

« [Il] n’est pas clair en quoi ceci est une utilisation appropriée du temps et des ressources de l’armée, a critiqué le représentant démocrate Adam Smith, président du comité des services armés de la Chambre des représentants. Les militaires posent des fils en accordéon et effectuent d’autres tâches qu'il serait mieux d'attribuer à des agences policières civiles. »

Le déploiement de l'armée à la frontière était l'un des sujets de désaccord entre le président Trump et l'ancien secrétaire à la Défense Jim Mattis, qui a démissionné en décembre après l'annonce surprise par le milliardaire américain du retrait des troupes de Syrie.

Avec les informations de Agence France-Presse, et New York Times

Politique américaine

International