•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MarieChantal Chassé : plus que des problèmes de communication

MarieChantal Chassé vue de près.
La députée de Châteauguay, MarieChantal Chassé, a été expulsée du Conseil des ministres le 8 janvier dernier. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

MarieChantal Chassé a fait une première apparition publique depuis son limogeage comme ministre de l'Environnement à Gatineau, ce matin, à l'occasion du caucus présessionnel de la Coalition avenir Québec Dans les cercles caquistes, certains s'interrogent sur la manière dont ce retour se déroulera.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Lorsqu’il a annoncé l'expulsion de Mme Chassé du Conseil des ministres, le 8 janvier dernier, le premier ministre François Legault a fait valoir qu’il valait mieux que la députée de Châteauguay prenne « un pas de recul » en raison de ses difficultés à composer avec la joute médiatique.

On raconte que plusieurs conseillers de la CAQ ont tenté par tous les moyens de développer les capacités de MarieChantal Chassé à communiquer avec les journalistes, ainsi qu'à la période des questions. La firme National est même intervenue en lui offrant une formation spécialisée, mais sans succès. L’apprentissage était, dit-on, « laborieux ».

Mais il y aurait plus.

Des sources fiables indiquent que les problèmes de l'ex-ministre de l'Environnement allaient bien au-delà de l'obstacle de la communication. Des tensions auraient surgi avec plusieurs employés, notamment avec un garde du corps, une attachée de presse et son chef de cabinet, Hugo Delaney. Elle aurait d’ailleurs souhaité le départ de M. Delaney lors d’une rencontre en haut lieu, peu de temps avant d’être rétrogradée; il est toujours en poste aujourd’hui.

La situation ne serait pas au beau fixe non plus dans son bureau de circonscription de Châteauguay. Son directeur de comté est parti quelques jours après l’annonce de M. Legault. On évoque une méfiance qu'elle entretiendrait envers ses collègues.

Le paradoxe, rappelle-t-on, c'est qu'en octobre, Mme Chassé publiait le livre Pourquoi mon patron est aussi chiant? sur son histoire comme entrepreneure et ses conseils pour réussir. Elle y propose une « croisade pour un monde du travail bienveillant et payant ».

Un plan B?

Pour l’instant, MarieChantal Chassé serait en politique pour y rester et compterait se consacrer à bien servir ses électeurs. La députée de Châteauguay a une médaille au tableau d’honneur : elle a défait l’ex-ministre Pierre Moreau, un ténor du Parti libéral du Québec.

Mme Chassé aurait également laissé entendre qu’elle souhaite obtenir des fonctions supplémentaires de représentation à l’étranger. Elle pourrait plutôt hériter d’une présidence de commission parlementaire ou d’un poste d’adjointe parlementaire. La présidence de la commission des institutions est vacante depuis la nomination de Benoit Charette à l’Environnement.

Reste à voir comment Mme Chassé s’acquittera de sa tâche de députée, dans laquelle elle se serait peu investie depuis son élection.

En mêlée de presse, mercredi matin, le premier ministre François Legault a déclaré que MarieChantal Chassé avait « totalement » ce qu'il fallait pour être en politique. M. Legault a cité le fait que la députée avait déjà géré des employés en aéronautique, « qui n'est pas un secteur facile », a-t-il précisé.

« MarieChantal Chassé est complètement compétente pour être une bonne représentante de son comté », a ajouté François Legault, qui refuse de préciser s'il lui confiera une tâche supplémentaire. « On regarde ça », s'est contenté de dire le premier ministre.

Et si elle partait...

Dans l’éventualité d’un départ, un nom circule déjà pour la remplacer : celui de Nathalie Simon. L’ancienne mairesse de Châteauguay est présentement l’attachée de presse de MarieChantal Chassé.

C’est un secret de polichinelle que Mme Simon avait été approchée à plusieurs reprises, avant les élections, en vue d'un éventuel saut en politique provinciale. Mme Chassé, dont la candidature a été présentée au lendemain du déclenchement de la campagne électorale, au même moment que celle de Danielle McCann, n’était pas le premier choix des instances caquistes.

Ingénieure de formation et propriétaire d’une entreprise en aéronautique, Mme Chassé ne serait pas en peine financièrement si elle choisissait de mettre un terme à sa carrière politique, indique-t-on.

Bannière

La presse parlementaire

Depuis sa rétrogradation, MarieChantal Chassé a été très peu active dans sa circonscription. En fait, elle est revenue de voyage lundi après-midi, juste à temps pour participer au caucus de son parti, mercredi et jeudi, au chic hôtel Hilton Lac-Leamy de Gatineau. On lui aurait suggéré de se reposer après ses trois mois mouvementés au sein du gouvernement.

Mme Chassé appréhenderait son retour devant les journalistes de la Tribune de la presse qui seront présents au caucus.

En tant que ministre, ses deux seules mêlées de presse à l’Assemblée nationale servent désormais de référence pour démontrer les premiers déboires de relations publiques du gouvernement caquiste.

Nous avons tenté en vain d’obtenir des commentaires de MarieChantal Chassé au sujet des informations dévoilées dans cet article.

Avec la collaboration de Martine Biron et de Véronique Prince

Politique provinciale

Politique