•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • S’habiller chaudement et avec style dans les années 60, 70 et 80

    Deux mannequins femmes et deux mannequins hommes posent sur des rochers du mont Royal avec des vêtements d'hiver.
    Le vinyle et les accents colorés sont en vogue dans la collection d'hiver de Ski-Doo en 1972 Photo: Radio-Canada

    Vous en avez assez de l'hiver? Des vêtements chauds de la tête aux pieds, voilà un bon point de départ pour affronter notre climat nordique. Pour vous guider, mais aussi pour vous faire sourire, nous avons déniché quelques tendances vestimentaires hivernales dans nos archives des dernières décennies.

    Les fourrures canadiennes, c’est bien connu, sont les plus belles du monde. Ce commerce est aussi aux origines de notre histoire.

    À l’émission Femme d’aujourd’hui du 30 septembre 1965, la chroniqueuse Nicole Germain présente les dernières créations du comptoir de fourrures Aqua.

    Allier la souplesse et le luxe, c’est le secret du raffinement et du goût, selon la chroniqueuse Nicole Germain qui décrit les manteaux de ce défilé de mode.

    Et le col vous permettra, Madame, de vous emmitoufler, comme le demandent la mode et le froid.

    La chroniqueuse Nicole Germain

    Ces créations canadiennes, souligne la chroniqueuse, ont fait sensation à Paris.

    La variété des coupes fait aussi en sorte qu’elles pourront plaire autant « à la femme sportive qu’à la femme de la banlieue ».

    « Je crois que chaque femme a sa fourrure », conclut Nicole Germain. « Il faut être bien sûre de la couleur de la fourrure qui nous va. »

    Le Canada est également le pays qui a inventé la motoneige.

    Saviez-vous que, depuis la fin des années 60, la marque Ski-Doo de Bombardier est aussi assortie d’une collection de mode?

    Tournée sur le mont Royal, cette émission de Femme d’aujourd’hui datée du 25 février 1972 offre une démonstration ludique de la gamme de vêtements Ski-Doo.

    La combinaison d’hiver y est à l’honneur, ainsi que de nouveaux matériaux tels que le nylon et le similicuir.

    Auprès de la journaliste Michèle Fortin, la directrice de la Maison Ski-Doo Sport, Monique Lajeunesse, insiste sur la durabilité et l’imperméabilité de ses manteaux d’hiver.

    Elle affirme d’autre part accorder beaucoup d’importance à l’esthétique des vêtements, sans toutefois oublier le confort.

    Gant d'hiver muni d'un miroir rétroviseurLe gant avec rétroviseur fait partie de la collection Ski-Doo de 1972. Photo : Radio-Canada

    Des accessoires pratiques aux couleurs particulièrement vives complètent la collection de manteaux, comme ce gant auquel on a ajouté un rétroviseur.

    Il faut garder en tête que les vêtements de la Maison Ski-Doo Sport sont avant tout conçus pour la pratique de la motoneige.

    En 1972, l’entreprise concentre d’ailleurs ses activités en Amérique du Nord, avec 60 % de ses ventes aux États-Unis.

    J’espère que vous avez une bonne paire de bottes pour affronter le froid cette fin de semaine. En tout cas, si vous avez besoin de vous en acheter, l’un des grands avantages de vivre à Montréal l’hiver, c’est qu’il y a vraiment un grand choix de bottes dans les magasins.

    Le présentateur Charles Tisseyre

    De bonnes bottes constituent également un autre accessoire essentiel pour traverser nos hivers, comme le mentionne le présentateur Charles Tisseyre au bulletin de nouvelles Montréal ce soir du 16 janvier 1987.

    La journaliste Dominique Dufour a visité la Foire internationale de la botte à la Place Bonaventure. Des manufacturiers québécois y exposaient leur savoir-faire reconnu internationalement.

    Parmi les tendances de la saison d’hiver 1987, les bottes d’allure péruvienne ou d’inspiration cavalière garnies de franges, de chaînes ou encore piquées de petits clous.

    « On ne peut plus parler d’une botte de toile imperméable à l’allure grotesque », explique la journaliste, « mais plutôt d’une botte pratique et confortable qui, comme le vêtement, subit l’influence de la mode. »

    Si les modes varient à travers le temps, son mot de la fin demeure tout à fait à propos 30 ans plus tard.

    Il y a à peine quelques années, on achetait la botte simplement pour garder ses petits pieds au chaud. Aujourd’hui le confort prédomine toujours, mais l’élégance et la fantaisie y trouvent une place bien importante.

    La journaliste Dominique Dufour
    Encore plus de nos archives

    Archives

    Art de vivre