•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le tourisme en hiver dans Charlevoix

    Vue du village de Saint-Aimé-des-Lacs par une belle journée de janvier

    La région de Charlevoix possède plusieurs attraits touristiques même en hiver.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Il y a longtemps qu'en été la région de Charlevoix se transforme en lieu de villégiature. Nos archives montrent que le tourisme peut aussi trouver son compte en hiver dans cette région et que des efforts sont entrepris pour les attirer.

    Les quelque 1600 chambres d’hôtel et les fameuses auberges de la région suffisent à peine l’été. Mais elles restent vides en janvier. Alors, Charlevoix a décidé de s’ouvrir aux motoneiges.

    Louis Lemieux

    Un tourisme en développement

    Téléjournal, 19 janvier 1989

    Le 19 janvier 1989, le journaliste Louis Lemieux propose au Téléjournal un reportage sur le premier Rendez-vous international de la motoneige, qui se déroule dans la région du Charlevoix.

    Le journaliste accompagne dans leur aventure les membres du Club de motoneige du Saguenay. Ceux-ci partent de Jonquière pour se rendre à La Malbaie. C’est un voyage d’une journée.

    La région de Charlevoix se trouve au cœur d’un réseau de sentiers balisés, signalés et entretenus qui sillonnent une bonne partie du Québec. Il existe déjà en effet à cette époque la possibilité de faire des randonnées en motoneige dans beaucoup d'endroits de la province.

    Beaucoup de régions québécoises sont reliées. Ainsi, on peut partir du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour passer par la région de Québec et atteindre la Mauricie.

    Ce premier Rendez-vous international a été surtout organisé pour l’avenir. On veut encourager les motoneigistes à visiter Charlevoix.

    D’autant plus que le profil du motoneigiste aurait changé dans les années 1980.

    Les motoneiges sont chères. Les motoneigistes s’intéressent à la nature et à ses paysages. Ils respectent les règlements municipaux.

    C’est une clientèle haut de gamme que désirent attirer les organisateurs de l’événement à La Malbaie.

    La pêche blanche

    À 17 kilomètres de La Malbaie, c’est une tout autre activité touristique que propose le village de Saint-Aimé-des-Lacs.

    Comme le nom du village l’indique, il y a des lacs à Saint-Aimé et le potentiel de pêcher.

    Au jour le jour, 19 mars 1987

    La journaliste Carole Trahan nous propose le 19 mars 1987 à l’émission Au jour le jour un reportage sur la pêche sur glace, qu’on appelle aussi pêche blanche, qui se pratique dans ce village.

    La journaliste discute avec des villageois des mille et un trucs reliés à la pêche blanche.

    Comme le dit Anicet Larouche, c’est une activité qui est permise de décembre jusqu’au 31 mars.

    À Saint-Aimé-des-Lacs se pêche deux types de truites : la mouchetée et celle que les pêcheurs locaux appellent la « citron » parce qu'elle possède un ventre jaune.

    Chaque pêcheur a le droit de prendre 20 truites. Pour les attirer, Anicet Larouche utilise des vers.

    D’autres pêcheurs, comme Harold Lavoie, utilisent pour leur part de petits morceaux de bœuf, d’autres optent plutôt pour du maïs.

    Une course sur un fleuve gelé

    S’amorce alors la vraie course; atteindre le quai de Saint-Joseph-de-la-Rive à quatre kilomètres plus loin contre la marée et les glaces à la dérive.

    François Faucher

    Le journaliste François Faucher s’est rendu en janvier 1999 à L’Isle-aux-Coudres pour assister à une activité sportive particulièrement spectaculaire : la Grande Traversée sur le fleuve Saint-Laurent.

    Franc jeu 13 mars 1999

    Il raconte son expérience dans un reportage présenté à l’émission Franc jeu le 13 mars 1999.

    Les habitants de L’Isle-aux-Coudres se révèlent des canoistes accomplis. Ça se comprend.

    C’était dans l’ancien temps, le seul moyen de rejoindre la terre ferme pour amener ce dont les insulaires avaient besoin pour vivre en automne et en hiver.

    Aujourd’hui, cette nécessité de traverser le fleuve Saint-Laurent s’est transformée depuis 1991 en un événement sportif qui se tient en janvier et qui s’appelle justement la Grande Traversée.

    Des équipes de L’Isle-aux-Coudres, dont celle du Groupe Desgagnés, participent à cette Grande Traversée. Cependant, avant 1999, aucune n’avait remporté la course.

    Aux équipes des insulaires se joignent des compétiteurs venus de l’extérieur.

    En 1999, une équipe de canotiers du Château Frontenac et même des athlètes de Calgary étaient sur les rangs.

    Une bonne partie du reportage du journaliste François Faucher est consacrée à la course sur le fleuve.

    On constate que c’est un sport qui comporte sa part de danger. Les glaces sont instables. Malheur à celui ou à celle qui tombe dans les eaux froides du fleuve.

    Qui remporte la course? Le seul indice qu’on vous donne est qu’une connaissance du terrain s'avère parfois très avantageuse pour obtenir une victoire.

    L’hiver est donc loin d’être une saison morte dans la belle région de Charlevoix.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Art de vivre