•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meng Wanzhou de retour en cour le 6 mars

Meng Wanzhou quitte sa maison pour comparaître à la Cour suprême de la Colombie-Britannique le 29 janvier à Vancouver.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Les prochaines audiences au sujet des procédures d'extradition de la directrice financière de Huawei Meng Wanzhou auront lieu le 6 mars à Vancouver, pour donner le temps au ministre de la Justice du Canada de décider si ces procédures doivent ou non être enclenchées, a décidé un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique mardi.

Le ministre de la Justice doit décider s’il délivre un « arrêté introductif d’instance » d'ici le 1er mars, soit 30 jours après que les États-Unis ont formellement demandé l'extradition de Mme Meng.

Modification demandée concernant la caution

Le tribunal a aussi accepté de substituer l’une des cinq personnes qui s’étaient portées garantes de sa liberté sous caution.

Lorsque le tribunal a ordonné la libération de la haute dirigeante de Huawei le 11 décembre pour la durée des procédures d’extradition, moyennant le paiement d’une caution de 10 millions de dollars, Mme Meng elle-même a fourni 7 millions de dollars en espèce. Cinq personnes se sont portées garantes pour le reste du montant.

À l’origine, l’un d’entre eux, l’agent immobilier Robert Cheng, ami de Mme Meng, s’était engagé à fournir sa maison de 1,8 million de dollars en garantie. Faute, alors, des documents d’identification nécessaires, il n’avait toutefois pas pu être choisi et un autre garant a dû se proposer.

Mardi, Robert Cheng a été accepté pour faire partie de la caution et remplacer ce premier garant. Par contre, en raison de la diminution de la valeur de sa maison à l’évaluation, il a dû ajouter de sa poche un certain montant en argent comptant pour atteindre les 1,8 million de dollars de caution exigés.

Au début de janvier, l’organisme d’évaluation foncière BC Assessment a publié des chiffres montrant que le prix des maisons unifamiliales à Vancouver a chuté de 5 à 10 % du 1er juillet 2017 au 1er juillet 2018.

Quatre autres proches de Mme Meng ont fourni une garantie : un agent d’assurance qui a travaillé pour Huawei, une voisine professeure de yoga, une décoratrice d’intérieur qui est aussi l’épouse d’un ancien collègue de Meng Wanzhou, et le PDG de l’entreprise chargée de sa surveillance, Lions Gate Risk Management.

13 chefs d'accusation aux États-Unis

Lundi, Washington a demandé au Canada d'extrader la haute dirigeante de Huawei. Treize chefs d’accusation ont été déposés contre elle aux États-Unis, notamment ceux de fraude bancaire et électronique, d'obstruction à la justice et de blanchiment d’argent.

La compagnie de télécommunications Huawei rejette ces accusations.

La Chine, quant à elle, a enjoint aux États-Unis de retirer leur mandat d’arrêt contre Meng Wanzhou et demandé au Canada de libérer la femme d’affaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice

International