•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusé de meurtre prémédité, Adam Capay est désormais libre

Adam Capay a été placé en isolement dans la prison du district de Thunder Bay durant plus de 1500 jours en attente de son procès.

Adam Capay a été placé en isolement dans la prison du district de Thunder Bay durant plus de 1500 jours en attente de son procès.

Photo : Alison Jane Capay/askfm

Radio-Canada

Un juge a ordonné lundi l'arrêt des procédures contre le jeune homme, membre de la Première Nation Lac Seul, qui avait été placé en isolement pendant plus de quatre années consécutives. Il a pu quitter la salle du palais de justice de Thunder Bay en compagnie de membres de sa famille.

Adam Capay était accusé du meurtre au premier degré de Sherman Quisses, alors qu’ils étaient tous deux détenus au centre correctionnel de Thunder Bay, en 2012.

En attente de son procès, M. Capay a été incarcéré en isolement pendant 52 mois.

La décision du juge déçoit les membres de la Première Nation de Neskantaga, d'où provenait la victime.

Le meurtre de Sherman a dévasté sa famille et sévèrement bouleversé notre communauté, a déclaré le chef de Neskantaga, Wayne Moonias.

Nous nous opposons fortement à l'arrêt des procédures dans ce cas et nous avons du mal à comprendre comment il ne peut y avoir de justice pour Sherman.

Wayne Moonias, chef de la Première Nation de Neskantaga
L'édifice du palais de justice de Thunder Bay avec de la neige au sol.

Le palais de justice de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

Le juge a déclaré que quatre des droits constitutionnels du détenu ont été brimés :

  • le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne;
  • le droit à la protection contre la détention ou l’emprisonnement arbitraires;
  • le droit à la protection contre tous traitements ou peines cruels et inusités; et
  • le droit à l’égalité devant la loi et à l’égalité de bénéfice et protection égale de la loi.

Cette histoire avait fait les manchettes après qu’un agent correctionnel eut prévenu le commissaire des droits de la personne de l’Ontario, qui visitait alors le centre correctionnel de Thunder Bay.

Un interdit de publication empêche cependant de donner plus de détails sur les soumissions des avocats jusqu’à la fin février, lorsque le temps accordé pour porter la cause en appel sera expiré.

Avec les informations de CBC

Droits et libertés

Justice et faits divers