•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Téo Taxi disparaît de la circulation, tous les chauffeurs licenciés

Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Radio-Canada
Mis à jour le 

« Téo Taxi aujourd'hui n'est pas encore rentable et, surtout, n'a plus le support nécessaire pour poursuivre ses activités », a annoncé son PDG par intérim Dominic Bécotte en conférence de presse en milieu de matinée. L'entreprise Taxelco, société mère de Téo Taxi, a par conséquent licencié l'ensemble de ses chauffeurs.

C’est avec le cœur brisé et une très grande tristesse que nous devons mettre un terme aux activités de Téo Taxi.

Dominic Bécotte

« On a exploré toutes les avenues possibles ainsi que plusieurs scénarios alternatifs, et nous avons conclu que le projet Téo Taxi, dans les conditions actuelles, n’est pas soutenable », a déclaré M. Bécotte.

La rigidité de la réglementation de l’industrie du taxi et les coûts d’exploitation de la flotte de véhicules électriques, plus élevés que prévu, ont eu raison du modèle d’affaires de l’entreprise, a soutenu son PDG par intérim.

« Le cadre réglementaire très restrictif de l’industrie du taxi ne nous autorise pas à adapter les tarifs en fonction de nos services à valeur ajoutée et en fonction de notre demande », a-t-il déploré.

Téo Taxi souhaitait pouvoir moduler la tarification des courses de taxi, mais a échoué à obtenir de Québec les modifications nécessaires à la réglementation existante.

Il faut être en mesure de facturer pour la valeur du service que l’on offre.

Dominic Bécotte

Le PDG de l’entreprise estime qu’Uber n’a pas constitué un problème en soi pour son entreprise, qu’il croit en mesure de rivaliser avec le géant américain.

Le problème, selon lui, c’est qu’Uber n’est pas assujetti à la même réglementation.

« Les règles ne sont pas les mêmes pour tous les joueurs de l’industrie de la mobilité, déplore-t-il. C’est un problème si Uber peut moduler sa tarification en fonction de l’achalandage et que l’industrie du taxi ne peut le faire. C’est un grave problème pour tous les joueurs. »

Le coût du choix électrique

Le climat s'est également révélé une source d'embûches pour Téo Taxi, dont les chauffeurs devaient, pendant la saison froide, recharger la batterie « deux fois et même parfois trois fois par jour », a expliqué M. Bécotte.

« La flotte de véhicules électriques, dont l’écosystème technologique est encore en développement, a fait grimper nos coûts d’exploitation au-delà de nos attentes », a aussi fait valoir le cofondateur de la société lancée en 2015.

Il ajoute toutefois que les nouveaux modèles de batteries, celles fabriquées en 2019, permettront aux chauffeurs de taxi de travailler toute une journée sans avoir à les recharger.

M. Bécotte ne remet par ailleurs pas en question le modèle d'affaires de Téo Taxi, qui fait de ses chauffeurs des salariés plutôt que des travailleurs autonomes tributaires des courses qu'ils effectuent, comme c'est la norme dans l'industrie.

« Téo Taxi reposait sur un principe social qui était de rétablir le déséquilibre salarial pour les chauffeurs en nous assurant qu’ils gagnent au moins le salaire de base », a-t-il expliqué.

Une qualité irréprochable de service de mobilité passe d’abord et avant tout par des conditions acceptables pour ceux qui fournissent le service.

Dominic Bécotte

M. Bécotte estime également que la syndicalisation de ses chauffeurs n’a pas constitué un facteur de difficultés pour l’entreprise. « Nous étions très favorables à cette démarche, a-t-il indiqué. On visait les mêmes choses, l’amélioration des conditions de travail des chauffeurs de taxi. On voyait ça comme une forme de collaboration très positive. »

Téo Taxi disparaît de la circulation

Les actionnaires vont tout perdre

Le premier ministre François Legault, qui a étudié le dossier de Téo Taxi, estime que son gouvernement ne peut aider l’entreprise pour l’instant.

« A priori, c’est pas possible pour le gouvernement d’aider l’entreprise », a dit M. Legault. Il explique d'ailleurs qu'une de ses conseillères avait rencontré lundi, en vain, les dirigeants de Téo Taxi et de Taxelco pour « examiner différents scénarios, surtout pour sauver les jobs payantes ».

« Les créanciers garantis, entre autres la Banque Nationale, en vendant les véhicules et le logiciel, vont récupérer une partie [de leur argent], mais les actionnaires vont malheureusement tout perdre », a précisé M. Legault.

Malgré la perte de fonds publics, le premier ministre a refusé de qualifier ces investissements d'erreurs.

« Il faut être prudent, nous sommes dans un domaine que nous voulons pousser […], a-t-il indiqué. En affaires, l’important, c’est la moyenne au bâton. Quand on prend des risques, parfois on gagne, parfois on perd. L’important, c’est de s’assurer de gagner plus souvent que l’on perd. »

De son côté, le chef intérimaire du Parti libéral du Québec (PLQ), Pierre Arcand, s'est dit désolé d'apprendre la fermeture de Téo Taxi.

« C'était [un projet] emballant. Très bon sur le plan écologique », a souligné M. Arcand, qui a toutefois ajouté que les « chiffres sont parfois cruels ».

Ça ne devrait pas empêcher les entrepreneurs du Québec d'avoir des projets.

Pierre Arcand, chef intérimaire du PLQ

La clé sous la porte

Les chauffeurs de Téo Taxi qui se sont présentés au travail ce matin ont été accueillis par des agents de sécurité les informant que l’entreprise était fermée. Les 220 véhicules électriques de l'entreprise sont ainsi demeurés dans leur stationnement.

Les 450 chauffeurs de l’entreprise cofondée par l’homme d’affaires Alexandre Taillefer ont reçu une lettre les informant que l’entreprise mettait fin à ses activités.

« C’est à regret que la société vous informe que vous êtes licenciés », indique la lettre. « Le Conseil d’administration de Téo Taxi inc. ["Téo"] a dû se résigner à procéder à une réorganisation de l’ensemble de ses activités devenant effective [à] ce jour », poursuit la lettre remise aux chauffeurs. « Cette restructuration est non seulement nécessaire, mais inévitable compte tenu de la perte du support des principaux partenaires de Téo. »

Même si la situation financière difficile de l’entreprise était connue, les chauffeurs n’avaient pas été prévenus de la fermeture avant de se présenter au travail ce matin.

« [...] L'annonce a pris plusieurs salariés par surprise, puisqu’ils croyaient que l’entreprise avait encore une chance d’être sauvée », souligne le communiqué du syndicat des Teamsters auquel avaient adhéré les chauffeurs de l'entreprise en octobre dernier.

Entrevue avec Michel Nadeau

Une question de gestion?

« On aurait souhaité s’asseoir avec l’entreprise, la semaine dernière, pour discuter de tout ça, pour regarder s’il n’y avait pas moyen d’organiser les choses de manière à assurer le fonctionnement de l’entreprise », a déclaré le directeur des communications des Teamsters, Stéphane Lacroix, en entrevue à ICI RDI.

On se retrouve ce matin avec un licenciement collectif et la fermeture d’une entreprise, alors qu’on n’a pas vraiment donné la chance au coureur. C’est très décevant.

Le directeur des communications des Teamsters, Stéphane Lacroix

« On aurait souhaité que ce modèle d’affaires continue parce que, sauf erreur, c’est une première en Amérique du Nord, des salariés dans une entreprise de taxi, poursuit M. Lacroix. Cela aurait pu être intéressant. Le modèle d’affaires des voitures électriques, peu de pollution, application efficace… il aurait été intéressant que ça continue. »

« La compagnie est bonne, elle est en bonne marche, mais c’est juste la question de la gestion », a indiqué un chauffeur qui venait d'apprendre son licenciement.

Les difficultés financières de Téo Taxi duraient depuis déjà plusieurs mois, comme le souligne Andrée-Anne St-Arnaud.

La lettre de licenciement de Téo Taxi indique que les employés seront payés pour les heures où ils ont travaillé, mais elle ne précise pas s'ils recevront leurs indemnités de départ.

« Les Teamsters prendront les moyens légaux afin de faire respecter la loi, et ce, dans la mesure du possible », ajoute le communiqué du syndicat.

Pour le directeur général de l'Institut de la gouvernance d'organisations privées publiques, Michel Nadeau, rien ne pouvait être fait pour sauver l'entreprise, dont le modèle d'affaires ne fonctionnait tout simplement pas.

Selon M. Nadeau, les coûts d'exploitation trop élevés, l'absence de flexibilité tarifaire entre les différents véhicules de la flotte de Téo et la rémunération horaire des chauffeurs sont tous des facteurs ayant entraîné la chute de l'entreprise qui a toutefois le mérite d'avoir « secoué l'industrie du taxi ».

M. Taillefer a tenté de secouer le cocotier, mais il a essayé d'amener trop de changements en même temps.

Michel Nadeau, directeur général de l'Institut de la gouvernance d'organisations privées publiques

Il reviendrait maintenant à l'industrie du taxi de poursuivre les changements technologiques proposés par Téo pour « faire face à la menace d'Uber », estime-t-il.

De nombreux investissements

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et le Fonds de solidarité FTQ sont deux principaux actionnaires de l'entreprise. Ces deux actionnaires, de même que Fondaction CSN et le fonds XPND Capital, ont injecté 17 millions de dollars dans l'entreprise, il y a un an, dans le cadre d'une nouvelle ronde de financement.

Cette manoeuvre avait notamment permis d'acheter de nouveaux véhicules et d'embaucher du personnel.

Taxelco a aussi bénéficié de subventions de 9,5 millions de dollars de différents ministères, et le gouvernement libéral avait donné le feu vert à un prêt de 4 millions de dollars.

Taxelco est également propriétaire de Taxi Diamond et de Taxi Hochelaga. L'actionnaire majoritaire de Taxelco est le Fonds XPND Croissance, qui fait partie de XPND Capital, où Alexandre Taillefer est associé.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Transports