•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'anxiété, un mal discret, mais présent chez les étudiants

Une femme est assise sur un fauteuil gris devant un mur où est inscrit CBC, Radio-Canada.
Manon Talbot est neuropsychologue au Centre Renaissance à Winnipeg. Photo: Radio-Canada / Colombe Fortin

La problématique de la santé mentale chez les étudiants sera abordée lors d'un sommet sur les troubles psychologiques à Winnipeg, mercredi. Présenté à la Place Bell MTS, il a lieu le même jour que la Journée Bell Cause pour la cause.

« Souvent, les étudiants sont en dépression. Ils ont tellement été aux prises avec un stress chronique qu'ils sont épuisés et ils arrivent au moment où ils n'en peuvent plus », explique la neuropsychologue Manon Talbot, du Centre Renaissance, un centre affilié à l’Université de Saint-Boniface pour donner des services en santé mentale aux étudiants.

« C'est souvent à ce moment-là qu'ils viennent, quand ils n'ont plus d'autre choix que de consulter », dit-elle.

Selon Mme Talbot, on ignore trop souvent les signaux avant-coureurs qui sont pourtant devant nos yeux. Elle estime qu'une journée comme la Journée Bell Cause permet justement de libérer la parole et de mettre en place des stratégies de communication.

« Ce que je vois, ce sont beaucoup d'étudiants qui sont aux prises avec énormément de stress. Beaucoup d'entre eux arrivent d'une autre région, d'une autre ville, d'un autre pays même, et ils doivent faire face à plein de défis par eux-mêmes », constate Manon Talbot.

« Apprendre à gérer le stress, savoir se connaître, savoir ce que sont nos vulnérabilités, nos forces... [Les étudiants] n'ont pas forcément toute cette connaissance d'eux et la thérapie les amène à développer leur propre connaissance d'eux-mêmes. »

Manon Talbot estime que les étudiants n'ont pas souvent été préparés aux défis auxquels ils allaient devoir faire face.

« C'est un beau moment pour l'Université pour apprendre sur soi et consulter pour apprendre à gérer ce type de situations. Souvent, les gens fuient les situations de stress, alors qu'il faut au contraire les affronter, car elles reviennent toujours », explique Mme Talbot.

Les étudiants ne devraient jamais hésiter à demander de l'aide, croit-elle : « À partir du moment où l'étudiant fait cette démarche, il y a une grande partie de l'anxiété et du stress qui diminue. »

Manitoba

Santé mentale